ConsultingFlash-eco

Un autre patron de fonds d’investissement se met au conseil

Après un passage de plus d’une décennie à la tête de fonds d’investissement dédiés à l’immobilier, Rachid Alami Sounni se convertit dans le conseil pour les entreprises et les investisseurs.


Mais ce grand spécialiste de la pierre et du secteur touristique ne s’éloigne guère de ses premières amours, puisque la société qu’il vient de créer, People & Stone Advisory, se spécialise dans le consulting et l’ingénierie financière pour les opérateurs immobiliers et touristiques.

Il faut dire qu’après avoir été à la tête d’Actif Management, une entité appartenant au Groupe FinanceCom qui avait pour objet de gérer Actif Capital, le premier fonds immobilier lancé en 2005 par Argan Capital (bras armé de FinanceCom dans le capital investissement), avant de rejoindre en 2010 le groupe Banque Centrale Populaire pour prendre les rênes d’Alhif Management, la société de gestion d’Alliances Hospitality Investment Fund, un fonds d’investissement sponsorisé par la banque coopérative avec le concours du groupe Alliances, la CIMR, la CMR et MAMDA-MCMA, Rachid Alami Sounni a développé un savoir-faire pointu dans la structuration et le montage de projets immobiliers et touristiques au Maroc et, surtout, un carnet d’adresses des plus étoffés.

D’ailleurs, selon des sources proches de cet ingénieur de formation, People & Stone Advisory est déjà active, quelques semaines à peine après sa création, sur plusieurs projets d’envergure.

Rappelons que Rachid Alami Sounni n’est pas le seul ex-patron de fonds d’investissement à s’être converti, au cours des derniers mois, dans le conseil stratégique et l’accompagnement des investisseurs.

Juste avant lui, Anas Guennoun (ex-patron de la filiale d’Abraaj au Maroc) et Abdelkrim Mehdi (ex-directeur général de Firogest, société de gestion du Fonds de l’Oriental) se sont résolus à se mettre à leur propre compte en créant respectivement West Capital Partners et Mysi Fund Management.

À qui le tour ?

 
Article précédent

Extraterritorialité de la loi américaine : les banques tétanisées

Article suivant

Les 12 Marocains les plus influents de la finance participative