Diplomatie

Un avion algérien qui devait récupérer Brahim Ghali a dû rebrousser chemin

Un avion algérien ayant décollé d’Alger ce matin, et qui devait récupérer Brahim Ghali en Espagne, a dû rebrousser chemin. Les détails.


De sources concordantes, un avion du gouvernement algérien a quitté tôt ce matin Alger  pour l’aéroport de Logroño, afin de récupérer le Chef du Front Polisario, Brahim Ghali. Toutefois, « lorsque l’avion a atteint la hauteur d’Ibiza, déjà dans l’espace aérien espagnol, il a dû faire demi-tour, et est reparti », apprend-on. « L’avion, un Gulfstream 2000 immatriculé 7T-VPM, a décollé d’Algérie vers 8 heures du matin pour l’aérodrome d’Agoncillo, à quelques kilomètres de Logroño. Mais, vers 9h30, alors que l’avion survolait l’île de Formentera, il a effectué un virage à 180 degrés et a entamé son retour à Alger sans atterrir en Espagne », précise-t-on.

Lire aussi| Crise Maroc-Espagne : le ministère des Affaires étrangères réagit aux propos de Pedro Sanchez

Selon des sources proches de ce voyage (citées par les médias ibériques), l’avion algérien n’avait pas le plan de vol approprié pour entrer dans l’espace aérien espagnol ou pour atterrir dans un aéroport de la péninsule, vraisemblablement à Logroño, la ville où Ghali est hospitalisé et le contrôle aérien militaire a averti l’entrée de l’avion et a demandé aux autorités civiles de procéder à l’expulsion. Notons que l’atterrissage était conditionné par la décision du juge Pedraz, « c’est pourquoi l’avion faisait le tour de l’Espagne en attendant de savoir si le dirigeant du Polisario était libéré ou si des mesures de précaution étaient imposées. Avec la résolution, Ghali a maintenant une voie claire pour retourner en Algérie », explique-t-on aussi. Le juge a en effet accepté, à la demande du parquet, que le dirigeant du polisario laisse un numéro de téléphone et une adresse en Espagne pour pouvoir le localiser et a rejeté le retrait du passeport et l’entrée en prison provisoire demandés par une partie des plaignants.

Lire aussi| Brahim Ghali autorisé à quitter l’Espagne, la justice refuse le retrait du passeport

Cette décision du magistrat espagnol vient après le témoignage et l’échange ayant eu lieu ce matin par vidéoconférence de l’hôpital de Logroño où il est dit que Brahim Ghali est admis pour le coronavirus depuis la mi-avril. Notons que tout le long de l’interrogatoire, Ghali a nié les différents crimes qui lui sont attribués. Il a défendu son innocence et a rejeté les faits qui lui sont imputés dans les deux plaintes déposées contre lui : l’une par le blogueur Fadel Breica, de nationalité espagnole, qui l’accuse de torture et de détention illégale dans les camps de Tindouf en 2019, et une autre par l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (Asadedh), qui lui attribue des crimes de génocide et des crimes contre l’humanité (contre des dissidents et des prisonniers de guerre sahraouis au cours des dernières décennies).

 
Article précédent

Brahim Ghali autorisé à quitter l'Espagne, la justice refuse le retrait du passeport

Article suivant

Espagne : la crise avec le Maroc accélère l'arrivée des travailleurs saisonniers du Honduras