Enseignement supérieur

Un besoin de 20.000 enseignants chaque année

La nouvelle offre universitaire, que le gouvernement est en train de préparer sur cinq ans, répond généralement au nombre prévu des étudiants qui accéderont aux universités. Aussi le besoin du département de l’éducation nationale est évalué à environ 20.000 enseignants.


La hausse progressive du nombre d’étudiants universitaires représente un lourd fardeau pour le département de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle pour préparer la rentrée universitaire dans les meilleures conditions, a indiqué le Secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Khalid Samadidans un entretien accordé à la MAP. Il est prévu qu’environ 250.000 étudiants intègrent les universités au titre de la prochaine rentrée universitaire, en raison de la hausse, cette année, de près de 7% du taux de réussite en baccalauréat, a-t-il précisé.

L’offre pédagogique est en train d’être élargie afin de répondre à cette demande progressive, a-t-il expliqué, faisant savoir que le gouvernement a approuvé la création de 23 nouveaux établissements universitaires, ce qui est, pour lui, une « offre pédagogique à moyen terme« . Un travail est actuellement fait afin de rompre progressivement avec l’aspect traditionnel des établissements universitaires connus (facultés des lettres et des sciences) et d’opter pour des établissements universitaires de nouvelle génération, à l’instar des écoles supérieures de chimie, des facultés des sciences appliquées et des établissements supérieurs de « ossoul Eddine » (fondements de la religion) et dialogue des civilisations, a-t-il poursuivi.

Le secrétaire d’Etat a également fait état de la création et de la généralisation des écoles supérieures de l’éducation et de la formation, les qualifiant de projet « très ambitieux », objet de la vision stratégique 2015-2030, vu que le département de l’éducation nationale a besoin de 18.000 à 20.000 nouveaux enseignants chaque année.

Cette expérience sera généralisée sur toutes les universités dans le cadre de la justice territoriale, et sur les Centres régionaux des métiers de l’éducation et de la formation, a-t-il ajouté. S’agissant des préparatifs pour la nouvelle année universitaire, le ministre a relevé la création de nouvelles filières de formation au niveau des cycles licence et master, soulignant qu’il existe actuellement environ 2.600 filières accréditées, ce qui nécessite de grands efforts de la part des différents intervenants afin de présenter une offre pédagogique réussie.

Samadi a par ailleurs indiqué que le nombre d’étudiants est passé de 400.000 en 2010 à près d’un million cette année, ce qui nécessite des préparatifs spéciaux au niveau des cités et restaurants universitaires, a-t-il fait savoir, ajoutant que le nombre de repas distribués est passé de 9 millions à 13 millions au cours de cette année.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

L'émirati EMID gèle son projet d’usine de tabacs au Maroc

Article suivant

Nouvelle mission du Club Afrique Développement à Abidjan