Les chroniques de Jamal Berraoui

Un drôle de moment historique

Le Covid-19 prend tout l’espace médiatique. A tort parce que l’on se répète chaque jour. Nous sommes face à un nouveau virus, très contagieux, peu meurtrier et dont il faut freiner la propagation. On le sait depuis février et cela fait l’information 24 heures par jour, alors qu’il n’y a rien de nouveau sous le ciel. Pendant ce temps, on ne se préoccupe pas des drames humains, créés par les humains. Il y a des guerres idiotes, menées par des régimes dont les têtes fonctionnent à la cocaïne, qui font plus de morts que le Corona. Yémen, Libye, Soudan et bien sûr la Syrie n’ont pas le temps de s’occuper de la crise sanitaire.


En Egypte, il y a 60.000 détenus politiques. En majorité, ils ont défilé pour soutenir le coup d’Etat de Sissi, ils ont juste oublié que les dictateurs sont ingrats. Ils meurent dans les prisons faute de soins. Des dizaines de milliers sont détenus sans accusation légale, par une simple mesure administrative.

En Arabie Saoudite, les Al Saoud, eux , innovent ; ils font disparaître les princes, les princesses aussi jolies que celles du cinéma et les oulémas. Les femmes ont le droit d’aller en prison pour leurs idées, c’est une avancée historique, pour ce régime moyenâgeux, intellectuellement misérable, qui doit faire honte aux humains que nous sommes censés être.

Les Rohingyas sont les nouveaux boat-people des mers en Asie. Personne n’accepte de les accueillir, non pas parce qu’ils sont infectés par le coronavirus, mais parce qu’ils sont musulmans.

En 2020, une croyance religieuse peut toujours faire de vous un pestiféré. Il faut regarder ces vérités en face et arrêter de faire le paon en parlant de progrès. De ces guerres, de ces tyrannies, on parle très peu, pour ne pas dire jamais. Par contre, la terre entière débat sur la manière dont il faut organiser les plages.

Le terrorisme revient dans la sphère irako-syrienne, et se renforce en Afrique subsaharienne. Cela fait à peine des entrefilets, alors que des Etats comme le Mali ou le Burkina-Faso vont sombrer à très court terme.

Le Monde marche sur la tête. Il a mis comme unique priorité la lutte contre le Covid-19. Alors qu’il sait pertinemment qu’il faudra coexister avec ce virus. En attendant les Talibans vont revenir à Kaboul après 20 ans de guerre impérialiste. Le Yémen, la Libye et le le Soudan deviennent de vrais fiefs terroristes, puisque l’Etat central disparaît, les deux Mohamed mettront le feu aux poudres, après leurs soirées bien arrosées, les droits de l’Homme sont chaque jour plus bafoués que la veille. Face à ce tableau un médicament contre le virus a très peu d’intérêt.

Lisez gratuitement Challenge en version PDF en cliquant sur le lien suivant : https://emag.challenge.ma/742/mobile/index.html

 
Article précédent

Le vrai du faux sur le coronavirus au Maroc, ce mardi 12 mai

Article suivant

Coronavirus : 6.466 cas confirmés au Maroc, 48 nouvelles infections, mercredi à 10h