Interview

« Un golfeur associe sport à tourisme de manière inévitable »

Une vingtaine de golfs à travers le Maroc, l’offre en termes d’infrastructures du genre ne cesse de se développer ces dernières années. Beaucoup plus qu’un sport, le golf est aussi un moyen de promotion touristique haut de gamme. Karim Belmaâchi,  DG du groupe Alliances et président de l’Association nationale des investisseurs touristiques (ANIT) analyse ce nouvel atout touristique pour le Royaume. 


Challenge. Pensez-vous que le Maroc a réussi à installer une véritable image de destination golfique dans le pourtour méditerranéen, à en juger par l’analyse des flux touristiques intéressés par ce sport et que vous avez appris à reconnaitre ? 
Karim Belmaâchi. Oui, l’amitié entre le Maroc et le golf date de 1917 avec l’apparition des premiers golfs à Tanger et depuis, ce sport ne cesse d’évoluer pour constituer aujourd’hui un produit touristique.

De plus, si l’on considère la saisonnalité qui permet de jouer au golf quasiment toute l’année dans notre pays, la proximité du Maroc à seulement quelques heures d’avion de l’Europe et que l’on ajoute à cela la trentaine de golfs déjà opérationnels, on comprend parfaitement comment nous sommes devenus aujourd’hui une véritable destination golfique.

En se dotant de parcours de qualité, généralement conçus par des architectes de renommée en la matière, aux normes et standards internationaux et orientés développement durable (arrosage des golfs grâce à des stations d’épuration….),  et en offrant des infrastructures aux bons rapports qualité prix  (tarifs green fees avantageux, caddies bien formés …), le Maroc a pu ainsi, se faire une place de choix sur le pourtour méditerranéen.  C’est ainsi qu’en 2010, notre pays a d’ailleurs  été élu « destination golfique de l’année » dans la région MENA.  

C. La clientèle du Golf appartient en général à une catégorie socioprofessionnelle bien déterminée qui lie l’utile à l’agréable. Au regard de votre expérience, est-il juste qu’il faille diversifier davantage  l’offre touristique  en accordant plus d’importance au volet animation ? 

K.B. L’offre golfique marocaine s’intègre dans le cadre d’une  offre touristique plus globale. En effet, le développement touristique qu’a connu notre pays ces dix dernières années s’est fait grâce à l’évolution de la capacité hôtelière en cohérence avec notre positionnement haut standing & Luxe ; cependant, une destination touristique ne peut s’installer parmi celles de premier rang qu’à condition de s’enrichir d’une offre variée d’activités d’animation et de loisirs à même de compléter l’offre de base, de répondre à tous les segments clientèles, et de rallonger la durée de séjour.

Il faut savoir qu’un touriste  golfeur que l’on appelle aussi  « golf-trotter »  est prêt à dépenser un budget significatif pour l’organisation de ses prochaines « vacances-passion ».  Un golfeur associe sport à tourisme de manière inévitable  et dépense environ 30%  de plus qu’un touriste classique. Il vient  généralement avec sa famille qui, elle, dépense dans d’autres activités, et souvent pour des séjours de plus longue durée. Il est donc essentiel de renforcer nos infrastructures et services pour les encourager à prolonger leurs séjours: offres d’animations culturelles et de loisirs divers, centres commerciaux, infrastructures de bien être,  thalassothérapie, nautisme, … 

L’interview complète est disponible dans le Challenge #419, actuellement chez votre marchand de journaux

 
Article précédent

Un chasseur de têtes passionné

Article suivant

Auto: Fennie Brossette investit Agadir