Automobile

Un million de véhicules à produire au Maroc par an à l’horizon 2020

Le Maroc table, d’ici 2020, sur une capacité de production d’un million d’unités et la réalisation d’un taux d’intégration locale de 80% des véhicules sortant du Royaume, en plus d’un chiffre d’affaires annuel de 10 milliards d’euros, avec à la clé la création de 160.000 emplois, a affirmé mercredi 26 avril 2017 à Tanger Automotive City, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie Numérique, lors de la cérémonie d’ouverture de la 4ème édition du Salon de la sous-traitance automobile.


Il a ajouté que le Maroc offre aux investisseurs étrangers des avantages majeurs, dont la stabilité, la sécurité et la compétitivité pour l’emplacement de la production et la logistique pour l’export, à côté de la présence d’une main d’œuvre hautement qualifiée, notant que l’enracinement de l’industrie est en train de se réaliser d’une manière forte. « Nous avons atteint la taille critique qui attire les équipementiers de tous les continents, y compris ceux des pays asiatiques », a précisé Moulay Hafid Elalamy, notant que le projet de création de la « Cité Mohammed VI Tanger Tech », lancé par SM le Roi Mohammed VI, est un facteur décisif pour les investisseurs asiatiques, qui auront la possibilité de produire au Maroc et d’exporter à l’international, à partir d’un véritable hub pour l’Europe et l’Afrique.

Le ministre a assuré que le secteur automobile a connu un essor remarquable, dans la mesure où il s’est engagé vers davantage d’intégration locale, avec le développement de son tissu d’opérateurs nationaux et la diversification de ses métiers, notant que de 2014, année de lancement du Plan d’Accélération Industriel, à 2016, le chiffre d’affaires à l’export du secteur a réalisé une évolution de 50%, passant de 40 milliards de DH à 60 milliards de DH, avec une perspective d’exporter de 100 milliards de DH avant 2020. « Avec la restructuration du secteur en écosystèmes métiers, la mise en place de dispositifs d’appui et de financement adaptés et le lancement de l’écosystème Renault et du projet Peugeot, nous nous acheminons à grands pas vers la réalisation de nos objectifs pour le secteur », a-t-il insisté.

Par ailleurs, le ministre a souligné que ce Salon est devenu un rendez-vous annuel incontournable qu’aucun équipementier ou constructeur automobile ne souhaite rater, du fait qu’il se veut un événement d’opportunité d’investissement et de mise en avant des atouts incontestables d’une industrie qui s’est transformée, au fil des années, en un véritable levier de progrès et d’accélération industrielle du Royaume. « Dans les années à venir, la concurrence sera encore plus rude mais le Maroc est prêt à l’affronter en ayant une position de gagnant », a-t-il estimé.

A ce jour, et dans le cadre du déploiement du Plan d’Accélération Industrielle, sept écosystèmes ont été lancés dans le secteur automobile. Ils concernent les filières « câblage automobile », « intérieur véhicule et sièges », « métal et emboutissage », « batteries automobiles », « moteurs et transmission » en plus de l’implantation de deux constructeurs automobiles, à savoir Renault et du Groupe PSA Peugeot.

 
Article précédent

Le Maroc parmi les pays les plus sûrs pour les entreprises

Article suivant

Il fait l’actu : Adnane Remmal, nominé au Prix de l’Inventeur Européen