Digital

Économie numérique : un nouvel acteur mondial s’installe au Maroc

Quelques années après l’arrivée au Maroc d’Umanis et Business & Decision, un autre grand nom français de la Business Intelligence vient de planter son étendard au Maroc.


Le groupe Keyrus, un spécialiste dans la Data & Business Intelligence, Conseil en management et transformation des entreprises, est en train de s’installer à Casablanca suite au partenariat qu’il a récemment noué avec l’éditeur américain Qlik, une des icônes du Nasdaq (bourse américaine des valeurs technologiques) et leader en analyse et visualisation des données.

Le groupe français est coté à l’Euronext. Il a obtenu le droit de revente des solutions et licences Qlik dans près de 20 pays, incluant la France, la Suisse, la Belgique, le Luxembourg, l’Espagne, le Royaume-Uni, les Émirats arabes unis, les États-Unis, le Canada, le Brésil, la Chine, Israël, l’Afrique du Sud et le Maghreb (dont le Maroc bien sûr).

La filiale marocaine de Keyrus aura donc deux missions principales. D’abord, prospecter le marché marocain pour positionner au mieux les solutions Qlik essentiellement destinées aux acteurs du retail, de la chaîne logistique, de la santé et de la vente et du marketing. Ensuite, le management dépêché pour piloter les équipes marocaines actuellement en cours de recrutement devra s’atteler à développer une plateforme neashore pour le compte des clients européens de la maison mère.

Aussi, le Maroc est le quatrième pays d’implantation du groupe Keyrus en Afrique après l’Afrique du Sud, l’Île Maurice et la Tunisie (où il est présent depuis 2006).

Rappelons que le groupe basé à Levallois-Perret (en Île de France) emploie plus de 3.000 salariés répartis entre une vingtaine de pays à travers le monde. En 2017, le groupe a atteint un chiffre d’affaires consolidé de 257 millions d’euros (plus de 2,8 milliards de DH) pour un résultat opérationnel de plus de 14 millions d’euros (plus de 150 millions de DH).

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Facturation électronique : les précisions de la DGI

Article suivant

Transformation digitale : où en est la PME marocaine ?