Banques

Une bonne moisson pour le Crédit Agricole du Maroc

Le groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) a réussi à tirer son épingle du jeu sur les six premiers mois de 2019.


Les chiffres dévoilés par le groupe montrent que le Produit Net Bancaire s’est établi à 1,9 milliard de DH, en progression de 5% comparativement à fin Juin 2018. Selon le top management, cette progression  est principalement liée à celle de la marge d’intermédiation et de l’activité de marché. Il ressort également que l’encours des crédits accordés à la clientèle affiche 83,7 milliards de DH au compteur, marquant une augmentation de 2,4%.

Le Résultat Net Consolidé de 405 millions de DH et un Résultat Net Part du groupe de 409 millions de dirhams, marquant des évolutions respectives de +3% et +5% comparativement au premier semestre 2018. De même, le groupe a augmenté ses fonds propres réglementaires de 7% au terme du premier semestre 2019, atteignant 11 milliards de DH contre 10,3 milliards de DH à fin Juin 2018. Le top management fait ainsi remarquer que ces réalisations sont conformes aux objectifs de son Plan Stratégique. Autre indice de performance, la banque a fait progresser l’encours de l’épargne mobilisée de 2,3%, atteignant ainsi 84 milliards de DH au terme du premier semestre 2019 contre 82 milliards de DH, à fin Décembre 2018.

Lire aussi : Digitalisation : une priorité pour le Crédit agricole du Maroc

« A mi-parcours de son Plan Stratégique, le Groupe Crédit Agricole du Maroc continue de mobiliser l’ensemble de ses moyens humains et techniques afin d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixé en termes de diversification de ses sources de PNB en mettant l’accent sur de nouveaux relais de croissances », souligne le groupe bancaire. Rappelons que la banque assure une mission de service public et accompagne le Plan Maroc Vert auquel elle a alloué une nouvelle enveloppe de 33 milliards de DH pour la période 2014-2018 (25 milliards de DH ont été alloués pour la phase 2009-2013).

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Mazars lance l’indice des paiements mobiles

Article suivant

Ilyas El Omari jette l'éponge