Internationalisation

Ciments Modernes étend son voile en Côte d’Ivoire avec une nouvelle cimenterie

Malgré la crise du Covid-19, le Maroc avance ses pions en Côte d’Ivoire. En effet, les grands groupes marocains poursuivent leur offensive sur le plus grand marché économique de l’Afrique de l’Ouest.


Et le dernier grand projet en date à capitaux marocains à voir le jour dans ce pays ami n’est autre que celui de la cimenterie portée par la société Ciments Modernes (CIMOD). Celle-ci a commencé depuis peu à livrer ses premiers clients parmi les promoteurs immobiliers et autres opérateurs de BTP ivoiriens.

Ayant coûté plus de 500 millions de dirhams, cette nouvelle unité industrielle basée à Cocody (banlieue d’Abidjan) est la troisième du genre en Côte d’Ivoire à être développée et exploitée par des investisseurs marocains. Elle précède l’entrée imminente en lice d’une quatrième unité détenue par CIMAF (la bras armé dans le marché africain du ciment du magnat marocain de l’immobilier Anas Sefrioui) et qui est en cours d’achèvement dans la région de San Pedro (une ville côtière du Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire).

Lire aussi | Un investisseur saoudien met la main sur l’hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger

Avec une capacité de production d’un million de tonnes par an, CIMOD hisse à plus de 30% la part de marché potentielle détenue par les acteurs à capitaux marocains d’un secteur ivoirien du ciment en pleine expansion depuis 2011. Et ce, dans le sillage de la multiplication des grands chantiers et de la reconstruction du pays (où d’autres acteurs marocains sont également à l’œuvre) au lendemain de la crise politico-militaire qui a duré de 2002 à 2011.

Rappelons que CIMOD est affiliée au groupe Sintram qui connaît très bien la Côte d’Ivoire pour y avoir mené et exécuté, au cours de la dernière décennie, plusieurs grands ouvrages (autoroutes, ponts, terrassements divers..). À l’instar de SGTM et TGCC, le groupe Sintram fait partie des leaders marocains du BTP qui ont entrepris la conquête continentale depuis le début de la décennie écoulée. Ces acteurs comptent, ainsi, une présence dans plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest. Sintram qui appartient à la famille Benhamane est présente, quant à elle, aussi bien en Côte d’Ivoire, qu’au Sénégal ou encore au Burkina Faso.

Lire aussi | Dépistage gratuit pour les parlementaires : la coquetterie de trop ?

 
Article précédent

[Live]Coronavirus : la situation au Maroc, mercredi 12 août à 18h

Article suivant

Transformation digitale : la CDG passe à la vitesse supérieure