Dossier

Maroc – Chine : Une proximité de vues

La visite Royale en Chine, vient rappeler combien les points de convergence entre les deux pays sont importants. Les deux partenaires passent dès lors de la coopération bilatérale, au partenariat stratégique. par badya khalid


La récente visite Royale en République de Chine permet d’institutionnaliser des relations respectueuses qui existent avec l’Empire du milieu. Echange de bons procédés diplomatiques, le Maroc considère l’île de Taïwan comme une province chinoise et respecte la position de la Chine sur le Tibet. La Chine, elle, ne reconnaît pas le Polisario. Sur le plan économique, il faut croire que la virée vaut le détour. La Chine est leader mondial dans plusieurs secteurs industriels. Mais le Maroc, bien qu’il soit un petit marché, jouit d’une aura mondiale au regard de ses nombreux accords de libre-échange. Il pourra de ce fait se positionner comme un interlocuteur et un partenaire économique privilégié, notamment pour la plupart des pays francophones subsahariens. D’autant plus que la Chine veut s’ouvrir sur de nouveaux marchés (Afrique francophone) et de ne plus limiter sa présence aux marchés dits traditionnels (Afrique anglophone). A l’occasion, les deux pays ont signé, ce mercredi, un partenariat stratégique qui fixe les grandes orientations opérationnelles à la coopération maroco-chinoise. De quoi parle-t-on? Le Roi Mohammed VI et le Président chinois, SEM. Xi Jinping, ont présidé la cérémonie de signature de 15 documents de coopération bilatérale, ayant trait aux domaines judiciaire, économique, financier, industriel, culturel, touristique, énergétique, des infrastructures et consulaires. Selon le communiqué de la MAP, le 1er accord est un mémorandum de partenariat économique et industriel visant à renforcer la coopération bilatérale dans des secteurs à fort potentiel de création d’emplois et de valeur ajoutée, notamment l’automobile, textile-habillement, électroménager, aéronautique et la logistique, ainsi que d’autres secteurs d’intérêt commun. Les deux pays assignent ainsi la même finalité à leur relation bilatérale. Pour donner la pleine mesure à cette volonté, les deux pays ont ratifié un 2ème  document portant sur la création d’une zone de coopération économique et industrielle. Le 3ème document est une convention d’extradition en vertu de laquelle «les parties s’engagent à se livrer les individus qui, se trouvant sur le territoire de l’un des deux Etats, sont poursuivis ou condamnés par les autorités judiciaires de l’autre Etat». Cette convention prévoit également que les parties n’extraderont pas leurs ressortissants respectifs. Le 4ème document est une convention d’entraide judiciaire en matière pénale. Un 5ème accord de coopération économique et technique (don de 100.000.000 Yuans), a été signé par le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Boussaid, et le ministre chinois du Commerce, M. Gao Huchen». Le 6ème mémorandum d’entente est relatif à l’exemption de certaines catégories de visas et à la simplification réciproque des procédures de délivrance de certaines catégories de visas. Il vise l’exemption de visa pour les titulaires de «passeport pour affaires publiques» chinois et de «passeport spécial» marocain, délivré par le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération du Maroc, et la facilitation des procédures de délivrance de visas pour les ressortissants chinois désireux de se rendre au Maroc à des fins de tourisme, ainsi que les hommes d’affaires marocains et chinois détenteurs de passeports ordinaires. Le 7ème mémorandum porte sur le ferroviaire entre la Société Nationale des Chemins de Fer Chinois «China Railways», et l’Office Nationale des Chemins de Fer (ONCF). Le 8ème accord concerne le renforcement de la coopération dans le secteur de la construction de l’infrastructure. Ce mémorandum a pour objectif de fournir un soutien aux entreprises de chacune des deux parties dans le secteur des infrastructures, y compris la conception, la construction, l’installation, la mise en service et le fonctionnement ainsi que la production, la transformation et la fourniture de matériaux de construction et la fabrication d’équipements, entre autres activités. Le 9ème accord est un programme d’application de l’accord de coopération culturelle (2016-2020). Puis un accord de coopération dans les secteurs de la géologie et des mines. Le 11ème document est un accord de SWAP de devises entre les banques centrales des deux pays, à savoir Bank Al Maghrib et la Banque populaire de Chine. Cette Convention a été signée par le gouverneur de Bank Al Maghrib, Abdellatif Jouahri, et le vice-président de la Banque Centrale de Chine, M. Chen Yuyu. Un autre accord cadre le renforcement de la coopération touristique, à travers notamment l’encouragement des activités promotionnelles en fournissant les facilités nécessaires sur la base de réciprocité, la formation de professionnels dans le domaine du tourisme, l’organisation des stages et échange des experts, et la collaboration entre les agences de voyage et les bureaux nationaux de tourisme. Le 13ème document est un accord de coopération dans les secteurs des hydrocarbures et de l’énergie. Un autre accord a été signé pour sceller la coopération dans le domaine de la sécurité des produits alimentaires importés et exportés. Quant au dernier accord, il porte sur la coopération dans les domaines de la Science, de la Technologie et de l’Industrie de Défense.

 
Article précédent

Mariott hotel Fès : Ouverture imminente

Article suivant

Des IDE chinois à capter