Entreprise

Upskilling : Le précieux conseil de PwC aux entreprises

La notion dite Upskilling a été mise en avant lors de la conférence organisée aujourd’hui à Casablanca par le cabinet international d’audit, d’expertise comptable et de conseil PwC, pour le lancement de la « Ligne de service people and organisation ».


L’Upskilling ou le processus d’enseigner aux employés de nouvelles compétences est aujourd’hui un impératif dans un contexte professionnel hautement compétitif. Animée par le leader dudit événement, Pierre Antoine Balu, partner chez PwC en charge des activités people et organisation en France et en Afrique francophone ainsi que Karim Tazi, partner chez PwC, cette conférence a eu pour objectif d’inciter les entreprises à l’Upskilling. Aujourd’hui, tous les métiers sont impactés par le digital, et les dirigeants se retrouvent devant l’obligation de communiquer à leurs employés qu’ils doivent faire face à ce mouvement.

Il est important d’évoluer certes, mais il faut le faire de manière intermittente et collective par l’instauration d’un débat et d’un discours, l’objectif étant d’identifier les atouts de l’entreprise sur lesquels s’appuyer et se concentrer sur les dimensions les plus faibles en vue de les améliorer, indiquent les responsables de PwC. Cela passe par la mobilisation des collaborateurs à une grande échelle. Toutefois, des interrogations peuvent être soulevées : comment faire au Maroc, lorsqu’il y a une difficulté déjà à l’accès à l’emploi, auquel s’ajoute une transformation digitale des entreprises actuelles ayant un impact sur les postes actuels ? Qu’en est-il des PME ? Est-ce que les PME sont capables de s’inscrire dans un processus de digitalisation sans appui financier étatique ? 

Lire aussi : Jonathan Le Henry, PwC : «Le Maroc doit mettre en place un nouveau pacte industriel»

Pour progresser, il faut une somme d’initiatives. Les PME n’ont pas de moyens certes mais d’autres entreprises vont s’associer pour investir et obtiendront des retours sur investissement avec des formations préparées pour les employés futurs qui seront prêts pour les étapes digitales et la formation.

«Il faut capitaliser sur toutes les générations, y compris celles actuelles et futures, car les compétences sont diverses et variées et faire participer les RH sur les réflexions de l’entreprise afin d’aligner la politique de l’entreprise sur les nouvelles stratégies futures par un recrutement adapté», explique Karim Tazi. 

Et d’ajouter : «La culture de l’entreprise est le plus important ; il faut mettre fin à cette verticalité, il faut impulser une nouvelle dynamique, et le top management doit décider de la logique de financement et de l’évolution au sein de l’entreprise». 

Pour Pierre Antoine Balu, «la destruction technologique induit la restructuration organisationnelle. Il faut savoir modifier le management et les RH se doivent d’être prêtes pour participer à ce changement par le recrutement de nouvelles compétences». Des compétences qui s’alignent sur la nouvelle stratégie socio organisationnelle et digitale de l’entreprise. PwC a pour objectif d’encadrer les entreprises et les conseiller sur ce mouvement au travers de leur ligne de service dite people et organisation. 

Avec 276.000 personnes réparties dans 158 pays, les entités membres du réseau PwC aident les entreprises de toutes tailles, publiques et privées, à créer de la valeur en développant les missions de conseil, d’audit et d’expertise comptable. Au MAroc, Pwc développe cette approche à travers deux entités juridiques, membres du réseau international PwC : PwC Maroc (Audit, expertise comptable et conseil fiscal) et PwC Advisory (Stratégie et consulting, transactions et conseil juridique).

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Top Business schools : ESCA 3ème en Afrique

Article suivant

"Ach waqe3" : l'actu du jour décryptée par Jamal Berraoui