Pandémie

Vaccins anti-Covid-19 : comprendre le débat sur la levée des brevets

Les Etats-Unis ont exprimé leur soutien à l’exemption au droit de propriété intellectuelle sur les vaccins contre le Covid-19. Cette prise de position jugée « historique» par l’OMS permettrait à des entreprises qui n’ont pas mis au point le vaccin de les fabriquer, sans autorisation particulière.  Dans cette lancée, plusieurs dirigeants de l’UE ont salué l’appel lancé par les États-Unis en faveur de la suppression des protections par brevet sur les vaccins COVID-19 afin d’aider les pays pauvres à se faire vacciner.


L’annonce des États-Unis est intervenue quelques heures après que la directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, se soit adressée à une réunion à huis clos des ambassadeurs des pays riches et des pays pauvres, qui se sont disputés sur cette question. L’objectif est de suspendre les règles pendant plusieurs années, le temps de vaincre la pandémie. La directrice générale de l’OMC, Okonjo-Iweala a appelé à faciliter le transfert de la technologie des vaccins « dans le cadre de règles multilatérales ».

Qui soutient l’éventuelle levée des brevets ?

La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen s’est dite « prête à discuter » de la levée des protections de la propriété intellectuelle sur les vaccins COVID-19. Elle a déclaré que le bloc discuterait de « toute proposition qui permettrait de faire face à la crise de manière efficace et pragmatique ».

Aussi et de son côté, le président français Emmanuel Macron s’est dit tout à fait favorable à cette ouverture de la propriété intellectuelle tout en insistant sur le fait qu’une dérogation ne résoudrait pas le problème de l’accès aux vaccins. Il a déclaré que les fabricants dans des endroits comme l’Afrique ne sont pas actuellement équipés pour fabriquer des vaccins COVID-19, et que les dons de vaccins provenant de pays plus riches devraient être privilégiés.

S’ajoute aussi le ministre italien des affaires étrangères, Luigi Di Maio, qui a écrit sur Facebook que l’annonce des États-Unis était « un signal très important » et que le monde avait besoin d’un « libre accès » aux brevets sur les vaccins. Mais le premier ministre italien Mario Draghi s’est montré plus circonspect.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est depuis longtemps favorable à une telle démarche, et son directeur général, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a salué la position des États-Unis. « C’est un moment monumental dans la lutte contre le COVID-19 », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Plus de 100 pays ont donc fait pression pour que les droits de propriété intellectuelle sur les vaccins et les traitements contre le coronavirus soient levés afin d’accélérer la production de vaccins.

Lire aussi| Vaccination : Chakib Alj envoie un message fort aux membres de la CGEM

Qui s’y oppose ?

Néanmoins, certains pays peinent à se mettre d’accord sur la manière de stimuler la production de vaccins, alors que les taux de vaccination diffèrent considérablement entre les pays avancés et les pays plus pauvres. Certains pays ont donc fait marche arrière, insistant sur l’existence de meilleures options.

A titre d’exemple et en Allemagne, la proposition a rencontré une certaine résistance. Le bureau de la chancelière allemande Angela Merkel s’est prononcé contre, déclarant : « La protection de la propriété intellectuelle est une source d’innovation et doit le rester à l’avenir. »

Les géants de l’industrie pharmaceutique s’opposent à leur tour à cette potentielle levée des brevets.

Pourquoi l’industrie est-elle si opposée à cet effort et quels seraient les avantages de cette levée ?

En un mot, le bénéfice. Aux États-Unis, les sociétés pharmaceutiques peuvent facturer leurs médicaments comme elles le souhaitent. Elles augmentent généralement les prix deux fois par an, souvent en les doublant ou en les triplant pendant les années de protection du brevet d’un médicament. Cela fait des grands fabricants de médicaments établis de longue date l’une des entreprises les plus rentables au monde. Mais une grande partie de l’innovation provient également des jeunes entreprises, qui comptent beaucoup sur les investisseurs pour financer les premières recherches. Sans la perspective d’un gros salaire, il serait beaucoup plus difficile d’attirer les investissements.

La question de la levée des droits de propriété intellectuelle est une question de conflit entre les droits de l’homme et les intérêts commerciaux des puissantes sociétés pharmaceutiques.

L’industrie pharmaceutique a fait valoir que l’innovation ainsi que la qualité et la sécurité des vaccins dépendent du maintien de droits de propriété intellectuelle exclusifs. Elle a également fait valoir que les droits de propriété intellectuelle sont importants en raison de l’argent et des efforts consacrés à la recherche et au développement. Elle estime que la levée des brevets les dissuaderait d’investir massivement dans le développement de vaccins lors des pandémies à venir.

Ils ont également souligné que la levée des brevets constituerait un compromis sur le contrôle des normes de sécurité et de qualité pour la fabrication des vaccins. Ils affirment que cette mesure dissuaderait les entreprises pharmaceutiques et permettrait à des pays comme la Russie et la Chine d’exploiter la technologie de l’ARNm à leur avantage.

Nombre de ces sociétés pharmaceutiques, qui jouissent d’un monopole sur les vaccins Covid individuels représentant des milliards de dollars de ventes annuelles, ont fait pression sur l’administration Biden pour qu’elle ne supprime pas les droits de propriété intellectuelle.

Au cours des négociations de l’OMC, la représentante américaine au commerce, Katherine Tai, a déclaré que l’administration Biden « croit fermement aux protections de la propriété intellectuelle, mais au service de la fin de cette pandémie, elle soutient la renonciation à ces protections pour les vaccins COVID-19 ».

La dérogation temporaire aux droits de propriété intellectuelle permettrait donc à davantage de fabricants de produire les vaccins. Les opposants affirment que la dérogation ne sera pas la solution.

Michelle McMurry-Heath, directrice générale du groupe commercial Biotechnology Innovation Organization, a déclaré dans un communiqué que cette décision nuirait aux incitations à développer des vaccins et des traitements pour les futures pandémies. « Remettre aux pays dans le besoin un livre de recettes sans les ingrédients, les garanties et la main-d’œuvre importante nécessaires n’aidera pas les personnes qui attendent le vaccin », a-t-elle déclaré.

En parallèle, Pfizer a refusé de commenter l’annonce de Biden, tout comme Johnson & Johnson, qui a mis au point un vaccin à dose unique destiné à faciliter les campagnes de vaccination dans les zones pauvres et rurales. Moderna et AstraZeneca n’ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires.

En soutenant l’appel mondial au partage de la recette du vaccin, l’Europe ne sauvera pas seulement la vie de millions de personnes en Europe et hors d’Europe, mais atténuera également le risque pour les économies et le recul actuel de l’égalité entre les sexes sur le lieu de travail. 

Lire aussi| Micro-crédit : ce que prévoit le projet de loi adopté en Conseil de gouvernement

Comment fonctionnent les brevets de médicament ?

 Les brevets récompensent l’innovation en empêchant les concurrents de simplement copier la découverte d’une entreprise et de lancer un produit rival. Aux États-Unis, les brevets sur les médicaments durent généralement 20 ans à partir du moment où ils sont déposés, ce qui se produit généralement lorsqu’un fabricant de médicaments pense avoir un médicament important ou lucratif. Comme il faut souvent dix ans pour faire approuver un médicament, les entreprises bénéficient généralement d’une douzaine d’années de ventes sans concurrence. Mais les fabricants de médicaments trouvent généralement des moyens d’améliorer leur produit ou d’en élargir l’utilisation, et ils obtiennent des brevets supplémentaires qui peuvent prolonger leur monopole pendant de nombreuses années encore.

Pourquoi la protection par brevet est-elle si importante pour les fabricants de médicament ?

Le développement des médicaments est incroyablement coûteux. La plupart des médicaments expérimentaux échouent à un moment ou à un autre au cours des années de tests en laboratoire, sur les animaux et finalement sur les humains. Si l’on fait la moyenne du coût de ces échecs, il en coûte généralement plus d’un milliard de dollars pour amener un médicament de la découverte à l’approbation réglementaire. Sans la perspective d’années de ventes sans concurrence, il y a beaucoup moins d’incitation à prendre ce risque.

Pourquoi les Etats-Unis soutiennent-ils les efforts visant à lever les protections sur les vaccins COVID-19 ?

L’administration Biden a subi d’intenses pressions, notamment de la part de nombreux démocrates au Congrès, pour que davantage de vaccins contre le COVID-19 soient distribués dans le reste du monde. Le soutien à l’idée d’une dérogation lancée par l’Inde et l’Afrique du Sud en octobre a augmenté dans d’autres pays alors que l’épidémie s’aggrave dans certains endroits, notamment en Inde.

Quelle est la procédure pour lever la protection des brevets ?

La décision revient à l’Organisation mondiale du commerce, qui compte 164 membres et administre des règles commerciales complexes entre les nations. Et il faudrait que tous les pays soient d’accord pour que cela se produise. Si les dérogations sont approuvées, les concepteurs de vaccins devront alors partager leur savoir-faire pour la fabrication très complexe.

Quid de la situation ?

À l’heure où de nombreuses personnes en Inde luttent pour obtenir des vaccins et où des pénuries sont signalées dans de nombreux États, la nécessité d’augmenter la production fait l’unanimité. Ces derniers temps, la nécessité d’une distribution plus équitable des doses de vaccin disponibles a également été un sujet de discussion important. Par exemple, les États-Unis auraient conservé des dizaines de millions de vaccins AstraZeneca, alors que Pfizer et Moderna devraient livrer 400 millions de doses d’ici la fin mai et 600 millions d’ici la fin juillet. Si l’on ajoute les 20 millions de doses que Johnson & Johnson devrait également livrer ce mois-ci, les États-Unis pourraient avoir un excédent de plus de 80 millions de doses.

La distribution inéquitable des vaccins a creusé un écart flagrant entre les pays en développement et les pays riches. Alors que les pays où les commandes de vaccins se chiffrent en milliards de doses ont déjà vacciné un pourcentage considérable de leur population et s’apprêtent à accueillir un semblant de normalité dans leur vie, les nations plus pauvres qui continuent de faire face à des pénuries ont des systèmes de santé surchargés et des centaines de personnes meurent chaque jour.

Cependant, il faudrait du temps pour atteindre le consensus mondial requis pour renoncer aux protections en vertu des règles de l’OMC, et plusieurs responsables ont déclaré que la décision des États-Unis n’aurait pas d’effet immédiat sur l’approvisionnement mondial en vaccins.

Charles Michel, président du Conseil européen, a indiqué mercredi sur Twitter que les dirigeants du Conseil « aborderont ce sujet » lors des discussions à Porto. Le porte-parole de l’OMC, Keith Rockwell, a déclaré qu’un groupe d’experts sur la propriété intellectuelle au sein de l’organisme commercial devrait réexaminer la proposition de dérogation lors d’une réunion « provisoire » dans le courant du mois, avant une réunion officielle les 8 et 9 juin.

Cela signifie qu’un accord final ne sera pas conclu avant plusieurs semaines, au mieux.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 298 nouveaux cas, 513.314 au total, vendredi 7 mai 2021 à 16 heures

Article suivant

Marocains bloqués à l’étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement