Blog

Ventre mou

La scène du ventre nu montré par un parlementaire marocain, lors de l’intervention mensuelle du Chef du gouvernement dans une enceinte où tous les intervenants, députés et conseillers compris, sont qualifiés de ‘’respectables’’ en a choqué plus d’un.


Elle a montré qu’après une série de dérives verbales – qui incitent désormais beaucoup de parents à conseiller à leurs enfants de tous âges d’éteindre la télévision lors des retransmissions des débats au parlement de leur pays – on est passé à l’improbable, l’insoutenable, soit le moment où on commence à montrer son corps ….pour prouver qu’on est innocent d’accusations qui vous tombent sur la tête, là où vous vous y attendez le moins et de la part de responsables politiques supposés plutôt assainir le débat public que de le rendre plus trouble, plus nauséabond.

L’échange qui a donné lieu à la scène en question et le fait qu’un parlementaire ait pensé qu’il n’avait d’autre moyen pour se défendre que de montrer la partie molle de son anatomie sont une insulte pour l’ordre public – puisqu’un tel comportement est normalement passible de la loi lorsqu’il se produit dans la rue – et pour tous les Marocains qui sont en droit d’attendre plus de tenue de leurs représentants.

Et de fait, au-delà du caractère caricatural – certains diraient, vulgaire – d’un comportement qui a apporté la démonstration par l’absurde du niveau de délitement et de dégradation du débat politique dans notre pays, depuis quelques mois, le ventre mou montré au pays par le président du groupe de l’Union Constitutionnelle à la chambre des conseillers pose un problème juridique et politique majeur :

  • Ou le chef du gouvernement a les preuves des accusations de détournements et de malversations qu’il porte contre tous les députés et conseillers qui s’opposent à sa parole et dans un tel cas, il a obligation d’en référer à son Ministre de la ‘’ justice et des libertés’’, qui doit saisir à son tour les procureurs du roi pertinents.
  • Ou de telles accusations ne sont pas fondées, et le chef de gouvernement continue de se composter comme un chef de parti, qui se considère comme irresponsable de ce qu’il profère. Dans une telle situation, le parlementaire qui serait ainsi injustement apostrophé aurait dû de son côté saisir la justice pour le laver de l’opprobre ainsi portée contre lui. Or, ce dit parlementaire n’a pas encore poursuivi son accusateur pour ‘’injure publique’’ ou ‘’diffamation’’, reconnaissant quelque part que le chef de l’exécutif gouvernemental dispose de ‘’quelques arguments’’ à son encontre.

De la sorte, il s’agit d’une vraie imposture qu’aucun procureur n’ait encore été saisi par le gouvernent de dossiers liés aux accusations répétées de son chef – et même du Ministre de la justice qui avait quelques mois auparavant parlé presque dans les mêmes termes que son patron des mêmes sujets.

A ce propos, on se retrouverait presque dans la configuration qui était celle d’un ancien, et puissant, Ministre de l’Intérieur qui pointait nombre de dossiers au dessus des têtes d’innombrables personnes les menaçant, pour mieux les ‘’tenir’’, de les divulguer ‘’le moment venu’’. Or, ce moment n’est jamais venu, et c’est peut-être pour cela que nous avons la posture politique et institutionnelle qui est la nôtre aujourd’hui. Avec un chef de gouvernement impuissant, qui confond toujours opposition et action, charge de l’Etat et irresponsabilité, parlement et une célèbre place de Marrakech.

En un mot, qui ne sait pas quoi dire, quoi faire.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

L'UC fait peau neuve

Article suivant

Dégradation de Moody's : quel impact sur l'économie ?