Dossier

Vision Royale à caractère global et pluriel

Attaché à son africanité, le Maroc n’a eu de cesse de consolider ses liens avec le continent. Ces relations, renouvelées et consolidées par les Souverains successifs du Maroc, ont permis d’établir des partenariats stratégiques diversifiés couvrant les dimensions politique, sociale, culturelle, spirituelle et commerciale.


En vingt ans de règne, le déploiement de la vision du Roi en Afrique s’est caractérisé par sa globalité, sa pluralité et son intensité. Elle s’est concentrée sur trois axes complémentaires que sont le devoir de solidarité, l’impératif d’une croissance partagée et la promotion de la paix et de la sécurité.

Le devoir de solidarité

Le Souverain en a donné le coup d’envoi en 2000, avec une mesure forte: l’annulation des dettes des PMA (Pays les Moins Avancés, qui étaient au nombre de 25) et l’exonération totale de droits de douanes pour les produits exportés de ces pays vers le Maroc. Un geste attribué au monarque et qui lui avait valu de nombreuses félicitations enthousiastes. Aussi, les programmes de coopération initiés par le Maroc ont connu un élargissement et un dynamisme significatif du fait de l’augmentation substantielle du nombre des pays bénéficiaires et de la diversification des formes de soutien apporté. Le Maroc a ainsi œuvré à la mise en place de nombreux projets de développement dans plusieurs pays africains dans des domaines tels que l’éducation et la formation, la santé, l’agriculture, les pluies artificielles, la gestion des ressources en eau, l’irrigation, la lutte anti-acridienne, l’électrification, le développement des infrastructures de base. La solidarité du Maroc s’est également manifestée à travers l’aide humanitaire en faveur des pays touchés par les catastrophes naturelles et les conflits (dons en blés, médicaments, matériel médical, hôpitaux de campagne,…). 

L’impératif de croissance partagée

Visite d’amitié et de travail en Côte d’Ivoire du Roi Mohammed VI, en mars 2017.Le co-développement prôné par le Souverain, découle de sa conviction d’une action globale et concertée, capable de réguler les conséquences de la mondialisation. Elle s’appuie sur les vertus d’une coopération Sud-Sud sortant des schémas classiques de coopération fondés sur des conditionnalités.

Pour la mise en œuvre de cette vision, le Roi a institué des visites régulières dans plusieurs pays africains, accompagné d’une forte délégation ministérielle, de groupements professionnels et d’hommes d’affaires. A chaque périple, d’importants accords ont été signés entre le Maroc et le pays visité. Ces partenariats gagnant-gagnant, ont développé davantage les capacités respectives alors que l’échange des expériences a permis d’exploiter les synergies potentielles couvrant différents domaines. 

L’engagement constant du Maroc en faveur de la promotion de la paix et de la sécurité sur le continent

Au lendemain de l’indépendance, et jusqu’à aujourd’hui encore, le Maroc continue d’être un contributeur important au maintien de la paix, avec une participation dans les missions en cours, en Afrique, avec la Mission de l’Organisation des Nations unies en République démocratique du Congo (Monuco) et l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Le rôle de premier plan joué par la diplomatie marocaine sur la question de la crise malienne ou la participation des troupes marocaines aux opérations du maintien de la paix en Afrique illustre cet engagement constant et reconnu du Royaume. Dans un contexte géopolitique marqué par l’insécurité grandissante au Sahel, le Maroc a plus que jamais besoin de renforcer ses liens de fraternité et d’amitié avec les états frères d’Afrique Subsaharienne et veut désormais jouer un rôle majeur dans les différentes problématiques auxquelles sont confrontés les pays sahelo-sahariens en mettant en avant plusieurs atouts, dont un islam modéré qu’il partage avec plus de 50 % des populations de cette région, le Roi du Maroc incarnant pour elles plus qu’un leader politique, mais avant tout un chef religieux islamique « Commandeur des croyants ». C’est au nom de cet islam solidaire que des centaines d’imams de pays subsahariens sont formés au Maroc en vue de renforcer les valeurs communes de tolérance et d’ouverture que ces pays partagent déjà ensemble.

Un Hors-série exceptionnel du magazine Challenge « Les 20 ans qui ont fondé le Maroc de demain » est en vente en kiosque.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Le projet du Gazoduc Nigeria-Maroc en voie de concrétisation

Article suivant

Nouvelles lignes de bus : le chantier démarre à Casablanca