Actualité

Visite de Nancy Pelosi à Taïwan : haute tension entre les deux puissances

La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi est arrivée à Taïwan mardi soir, dans le cadre d’une tournée en Asie. La Chine a dénoncé dans la foulée l’attitude « extrêmement dangereuse » des Etats-Unis, avant d’annoncer le lancement de plusieurs «actions militaires ciblées» en réponse à ce déplacement.

Nancy Pelosi, 82 ans, est la plus haute responsable américaine élue à se rendre dans l’archipel en 25 ans. Elle a affirmé dans un communiqué que sa visite à Taïwan, non prévue dans son agenda, démontrait le « soutien inconditionnel à la dynamique démocratie » des Etats-Unis. L’élue démocrate a ajouté que cette visite ne contrevenait d' »aucune façon » à la politique de longue date des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine.

La Chine estime que Taïwan, peuplée d’environ 23 millions d’habitants, est l’une de ses provinces, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949, et soulignant que les Etats-Unis ne respectent plus ce qu’elle considère comme un principe fondamental des relations bilatérales, la politique « d’une seule Chine ». Depuis 1979, Washington ne reconnaît qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien aux autorités taïwanaises, via notamment d’importantes ventes d’armes. Les Etats-Unis pratiquent à l’égard de Taïwan une diplomatie dite d' »ambiguïté stratégique », consistant à ne reconnaître qu’un seul gouvernement chinois, celui de Pékin, tout en continuant à apporter un soutien décisif à Taipei. Washington s’abstient toutefois de dire si les Etats-Unis défendraient ou non militairement l’île en cas d’invasion.

Lire aussi | DGI. 18,82 millions d’opérations dématérialisées en 2021

Au mois de mai, Joe Biden a même annoncé que les Etats-Unis défendraient Taïwan en cas d’invasion, avant de devoir rétropédaler face à l’indignation chinoise. Il y a quelques jours, le président chinois Xi Jinping a averti de nouveau son homologue américain de ne « pas jouer avec le feu » à propos de Taïwan alors que Pékin menace de « conséquences » si la cheffe des députés américains Nancy Pelosi, mène à bien un projet de visite à Taïwan.

Interrogé sur cette visite, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine au Maroc s’est exprimé, affichant clairement la position de son pays et condamnant sévèrement l’ambiguïté américaine. « Le 2 août, la Présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi, au mépris de la vive opposition et des représentations solennelles de la Chine, s’est rendue dans la région de Taiwan de la Chine. Cela a violé gravement le principe d’une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, impacté gravement le fondement politique des relations sino-américaines, violé gravement la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, saboté gravement la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan et envoyé un grave signal erroné aux forces sécessionnistes visant l' »indépendance de Taïwan ». La Chine y exprime sa ferme opposition et sa condamnation sévère. » « Il n’existe qu’une seule Chine dans le monde, Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois. Le gouvernement de la République populaire de Chine est l’unique gouvernement légal représentant toute la Chine. Le principe d’une seule Chine est un principe fondamental consacré par la résolution 2758 de l’Assemblée générale des Nations Unies, le fondement de l’établissement des relations diplomatiques entre la République populaire de Chine et 181 pays dans le monde, et un consensus universel de la communauté internationale et une norme fondamentale régissant les relations internationales universellement reconnue. »

Lire aussi | Réforme du système de santé. Ait Taleb poursuit ses réunions avec les représentants du secteur privé

« Le principe d’une seule Chine est aussi le préalable et le fondement de l’établissement et du développement des relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis. Les États-Unis ont, dans les trois communiqués conjoints sino-américains, pris l’engagement solennel sur le principe d’une seule Chine. Le Congrès américain est une partie du gouvernement des États-Unis, et il doit naturellement observer scrupuleusement la politique d’une seule Chine du gouvernement américain et s’abstenir de tout échange officiel avec la région de Taiwan de la Chine. La visite de Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des représentants américaine et troisième personnage du gouvernement américain constitue une grave violation de la politique d’une seule Chine promise par la gouvernement américain et une provocation politique majeure pour rehausser les échanges officiels et les relations substantielles entre les États-Unis et Taiwan. Cela démontre une fois de plus l’hypocrisie et la pratique intimidante des États-Unis. »

« Taiwan est un enfant longtemps perdu qui finira par rentrer à la maison. La Chine doit être et sera certainement réunifiée. La position du gouvernement et du peuple chinois sur la question de Taiwan est constante. Défendre résolument la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale du pays est une volonté ferme des plus de 1,4 milliard de Chinois. Réaliser la réunification complète de la patrie est l’aspiration commune de toutes les Chinoises et de tous les Chinois. Aucun individu ne doit sous-estimer la détermination et la capacité de la Chine pour défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays, et personne ne doit s’attendre à ce que la Chine avale des couleuvres au détriment de ses intérêts. La Chine prendra absolument les mesures résolues et fortes pour défendre fermement la souveraineté et l’intégrité territoriale du pays. Toutes les conséquences qui en découlent doivent absolument être assumées par la partie américaine et les forces sécessionnistes visant l' »indépendance de Taiwan ».

 
Article précédent

DGI. 18,82 millions d'opérations dématérialisées en 2021

Article suivant

Rapport annuel BAM. La corruption, obstacle structurel au développement