High-Tech

Voici les smartphones qui émettent trop d’ondes

Une liste de  modèles de plusieurs smartphones qui émettent trop d’ondes. Le votre en fait-il partie ?


L’Agence nationale des fréquences (ANFR) est en charge des contrôles sur ce sujet et aurait épinglé plusieurs marques pour non-respect du débit d’absorption spécifique (DAS) autorisé.

Voici donc la liste de l’ensemble des modèles concernés depuis début 2018.

  • Huawei • Honor 8
    Rappel à l’ordre en mai 2018. Conséquence : mise à jour logicielle (version B389 ou ultérieure). 
  • Leagoo • S8
    Rappel à l’ordre en juillet 2019. Conséquence : interdiction et retrait du marché par les autorités. 
  • Logicom • M Bot 60
    Rappel à l’ordre en janvier 2019. Conséquence : mise à jour logicielle (version B18V01.01B12 ou ultérieure).
  • Neffos • X1 TP902
    Rappel à l’ordre en mai 2018. Conséquence : exemplaires rappelés par le fabricant. 
  • Nokia • Nokia 3 (TA-1032DS)
    Rappel à l’ordre en avril 2019. Conséquence : mise à jour logicielle (version 00WW_4_43E ou ultérieure). 
  • Nokia • Nokia 5
    Rappel à l’ordre en avril 2019. Conséquence : mise à jour logicielle (version 00WW_6_12E ou ultérieure). 
  • Nokia • Nokia 6.1 (TA-1043)
    Rappel à l’ordre en juillet 2019. Conséquence : mise à jour logicielle (version 00WW_3_51F ou ultérieure).
  • Orange • Hapi 30
    Rappel à l’ordre en avril 2018. Conséquence : exemplaires rappelés par Orange (courrier envoyé par l’opérateur).
  • Wiko • Tommy 2 Bouygues Telecom
    Rappel à l’ordre en juillet 2018. Conséquence : mise à jour logicielle (version V02.17.BYT.20 ou ultérieure). 
  • Wiko • View
    Rappel à l’ordre en octobre 2018. Conséquence : mise à jour logicielle (version V01.27.OPE.20 ou ultérieure). 
  • Xiaomi • Mi Mix 2S
    Rappel à l’ordre en février 2019. Conséquence : mise à jour logicielle (version 10.2.1 ou ultérieure).
  • Xiaomi • Redmi Note 5
    Rappel à l’ordre en février 2019. Conséquence : mise à jour logicielle (version 10.0.6.0 ou ultérieure).

Samsung et Apple, les deux géants du smartphone, n’y figurent pas. Mais plusieurs autres marques relativement connues, comme Wiko, Huawei ou Alcatel, ont vu un ou plusieurs de leurs modèles épinglés. Le plus mauvais élève est Nokia, avec trois appareils différents, Nokia 3 (TA-1032DS), Nokia 5 et Nokia 6.1 (TA-1043), pris en faute entre avril et juillet 2019. Selon « Capital » une simple mise à jour logicielle devrait permettre de régler le problème. Tout comme pour les Mi Mix 2S et Redmi Note 5 du Chinois Xiaomi. Parmi les autres modèles concernés : le Pixi 4 (6″) d’Alcatel, l’Access 50 d’Archos, le Star Plus d’Echo, le F23 de Hisense, le M Bot 60 de Logicom, le X1 TP902 de Neffos, ou encore le Tommy 2 Bouygues Telecom et le View de Wiko. Pour les détenteurs de ces smartphones, une simple mise à jour logicielle suffira pour limiter son rayonnement.

Pour la plupart des modèles, une mise à jour du système d’exploitation a été proposée. Elle modifie le comportement de l’appareil de façon à limiter son rayonnement et ainsi à respecter les normes autorisées.

Les utilisateurs des smartphones concernés doivent donc vérifier si elle a été effectuée. En principe, les mises à jour doivent être proposées automatiquement. Encore faut-il qu’elles soient acceptées par l’utilisateur.

Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Raja-Brikama United : Les Aigles verts manquent d’effectif

Article suivant

Mondial 2022 : Le football chinois renforce son équipe nationale par des naturalisations