Economie

Voici pourquoi les banques marocaines rayonnent en Afrique

Alors que les banques européennes longtemps dominantes disparaissent progressivement de l’Afrique, le Maroc utilise son nouveau pouvoir financier pour projeter son pouvoir sur tout le continent dans l’espoir de devenir un pays plus riche et plus influent sur le plan international, mais il doit encore régler ses problèmes internes s’il souhaite rester l’un des États les plus stables d’Afrique.

Selon une étude de Stratfor (Strategic Forecasting, Inc), une nouvelle source d’investissements étrangers directs émerge dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne: le royaume du Maroc, situé directement sur le continent lui-même. En partie grâce aux réformes rapides et décisives de 2011, le Maroc a largement évité les turbulences du Printemps arabe qui ont secoué d’autres régions du monde arabe en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Et ces dernières années, la solide croissance des secteurs de la fabrication, du tourisme et de l’énergie, ainsi que la croissance rapide du secteur financier, ont favorisé le développement d’une économie marocaine très forte.


Les banques marocaines ont déployé des efforts énergiques à travers l’Afrique et détiennent actuellement des filiales et des participations dans plus de 20 pays africains. Alors que la plupart de ces filiales sont situées en Afrique de l’Ouest, le rachat de Barclays Egypt en 2016 par Attijariwafa, la plus grande banque du Maroc, a montré l’intention des banques marocaines de se développer sur le continent. Depuis lors, les banques marocaines ont été impliquées dans des acquisitions aussi lointaines que les îles Maurice et Madagascar. Des représentants de plusieurs banques marocaines, dont la Banque Centrale Populaire, deuxième prêteur sur fonds du pays, ont également annoncé leur intention d’infiltrer le secteur financier de pays d’Afrique de l’Est tels que le Rwanda, le Kenya et même une Éthiopie étroitement surveillée sur le plan financier.

Alors que les banques marocaines s’intègrent plus profondément à travers l’Afrique, elles servent de pionnier aux grandes et moyennes entreprises marocaines qui cherchent également des débouchés sur les marchés africains prometteurs. Au début de cette année, Maroc Telecom a annoncé une augmentation annualisée de 9,7% de sa base d’utilisateurs, qui passe à 60 millions, répartis dans une demi-douzaine de pays d’Afrique centrale et occidentale. Dans le même temps, le roi Mohammed VI a récemment signé un accord avec le président nigérian Muhammadu Buhari pour un gazoduc qui traversera la côte entre le Nigéria et le Maroc. La société publique OCP, un géant exportateur d’engrais basé à Casablanca, s’est aventuré plus à l’est dans un partenariat avec l’Éthiopie pour construire la plus grande usine d’engrais du continent, pour un coût total de 3,6 milliards de dollars.

Lire aussi : Attijariwafa bank et la BAD s’associent pour développer le commerce en Afrique

Le Maroc prévoyait initialement de dépenser de l’argent pour modifier un port encombré de Djibouti afin de pouvoir traiter des cargaisons régulières d’acide phosphorique, mais la paix récemment rétablie entre l’Érythrée et l’Éthiopie pourrait permettre aux ports érythréens de servir d’alternative.

Qu’est-ce qui motive cette poussée?

Le Maroc a échappé largement à la grande récession mondiale, son intégration aux marchés financiers internationaux étant minime. Mais le ralentissement de la zone euro qui a suivi ces dernières années a gelé le secteur des exportations non diversifié du royaume, qui dépendait fortement de l’Europe. Depuis lors, le Maroc a repensé sa politique financière afin de diversifier ses revenus. L’Afrique subsaharienne, avec sa population en pleine expansion, sa classe moyenne croissante et sa proximité géographique, offre une opportunité idéale.

Le Maroc entend également s’établir comme un lien majeur entre l’Europe et l’Afrique. Les entreprises européennes observent avec enthousiasme les entreprises marocaines africaines, désireuses de pénétrer les marchés africains. Les récentes guerres commerciales entraînant une augmentation des tarifs douaniers et la stagnation économique des pays en développement ont commencé à menacer les niveaux actuels d’exportation de véhicules automobiles. Les constructeurs automobiles espèrent que l’intégration économique du Maroc avec l’Afrique subsaharienne servira de support à la création de nouveaux marchés. Les constructeurs français et italiens Renault, PSA Group et Fiat ont déjà des sites de production au Maroc. Même le constructeur chinois BYD, soutenu par le riche investisseur américain Warren Buffett, est en train de construire une usine de fabrication de voitures dans la ville de Tanger.

Pour sa part, le royaume les attire en offrant cinq ans de terres subventionnées et d’allégements fiscaux en échange de la création de nouvelles usines. L’intégration économique du Maroc avec d’autres pays africains nécessite des compromis, et le pays renforce sa poussée économique par des efforts politiques. En 2017, le roi Mohammed VI, connu pour ses marathons diplomatiques, a fait pression pour que son pays adhère à l’Union africaine, plusieurs décennies après son départ pour protester contre le groupe autorisant l’adhésion au Sahara occidental en tant qu’État indépendant.

Et en 2017, le royaume a demandé à adhérer à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), une union régionale composée de 15 pays. À mesure que le syndicat met en place un programme de libéralisation des échanges, l’adhésion complète du Maroc faciliterait les exportations vers les pays membres en supprimant les obstacles existants. Pour le moment, cependant, les syndicats nigérians font pression pour que le Maroc ne soit pas admis, de peur d’être dominés par des multinationales marocaines expérimentées et technologiquement avancées. D’autres membres du bloc ont également exigé que le royaume assouplisse ses restrictions de déplacement pour les citoyens de la CEDEAO. Cela mettrait certaines nations européennes mal à l’aise, car cela encouragerait probablement davantage d’Afrique de l’Ouest à se rendre au Maroc dans l’espoir de se rendre illégalement en Europe.
Cependant, un accord de libre-échange continental africain en cours de négociation éclipserait tout accord commercial existant ou proposé entre le Maroc et d’autres pays. En mars dernier, une délégation de Rabat a assisté à une cérémonie de signature à Kigali avec des représentants de 44 autres pays africains. Cet accord de libre-échange nécessitera la ratification d’au moins 22 pays pour qu’il entre en vigueur.

Les risques du progrès

Les banques européennes se sont désinvesties de l’Afrique pour des raisons telles que la réglementation croissante imposée aux actifs à haut risque et la chute des prix des produits de base. Cette évolution a eu des conséquences néfastes sur plusieurs économies africaines. En revanche, les banques marocaines manifestent un intérêt accru pour l’Afrique – et affichent un appétit corrélatif pour le risque plus important, s’exposant à des obligations souveraines nationales de faible qualité dans les pays tributaires des exportations de produits de base. Ce comportement peut être attribué en partie au marché intérieur concurrentiel du Maroc, qui laisse peu de marge de croissance aux banques ambitieuses du royaume.

Cependant, un rapport publié en 2017 par l’agence de notation Fitch a mis en lumière le fait que face au désir des banques marocaines d’investir dans les pays africains, leurs réserves de fonds propres peu élevées et leur faible qualité d’actifs les rendent particulièrement vulnérables à la volatilité économique.

À l’heure actuelle, près d’un tiers des bénéfices totaux réalisés par les banques marocaines provient de filiales en Afrique. Même si les marchés nationaux des capitaux marocains restent solides et que sa dette publique reste faible, toute récession future qui affecterait les économies africaines exposerait les banques à des pertes importantes et placerait le Maroc dans une position beaucoup moins confortable qu’il y a 10 ans.
L’aggravation du taux de chômage dans le pays, en particulier chez les jeunes, constitue un autre obstacle à la réalisation de l’objectif d’influence internationale du Maroc. Le taux de chômage des jeunes marocains s’élève à 27%, soit presque le triple du taux national. Et aussi attrayant que puisse être le gouvernement marocain pour l’expansion transfrontalière rapide des banques et des télécommunications, ces investissements à l’étranger ne présentent aucun avantage direct pour les jeunes Marocains à la recherche d’un emploi immédiat. Dans le passé, le mécontentement des jeunes chômeurs a dégénéré en manifestations de masse.

Les décideurs politiques à Rabat semblent reconnaître l’urgente nécessité d’inclure les jeunes chômeurs dans leur programme de développement. Au cours des dernières années, ils ont réduit les subventions à l’énergie afin de détourner des fonds au profit de l’emploi. Mais si Rabat est incapable de faire des progrès significatifs et d’atténuer les zones de troubles potentiels, elle devra peut-être mettre en veilleuse ses objectifs plus ambitieux en matière d’expansion continentale afin de remédier à l’instabilité intérieure.

Grâce à l’expansion rapide de ses banques en Afrique, le Maroc devient un investisseur de premier plan sur son propre continent.

Principaux investissements en Afrique en 2016
Challengenews
Le meilleur de la rédaction sélectionné par Challenge :
 

Article précédent

Construction démocratique : La grande accélération

Article suivant

Vahid Halilhodzic plus proche de la FRMF