Dossier

50 femmes qui comptent : Amal El Fallah Seghrouchni, directrice du Centre International d’intelligence artificielle du Maroc à l’Université Mohammed VI Polytechnique et professeure en Université de la Sorbonne

Pour nous, il ne s’agit pas de célébrer la journée de la femme, comme un cadeau annuel fait à la gente féminine. C’est plutôt l’occasion de faire le point sur un combat essentiel, celui de l’émancipation de la moitié de la population et l’évaluation de son apport aux transformations sociales, ce que l’on appelle communément développement et qui ne se résume pas aux quantifications économiques. Pour cela, nous avons choisi de mettre en avant un riche panel, à travers ces portraits représentatifs de cette génération de femmes qui s’assument. Un portrait à découvrir : Amal El Fallah Seghrouchni, directrice du Centre International d’Intelligence Artificielle du Maroc à l’Université Mohammed VI Polytechnique et professeure en Université de la Sorbonne.


L’intelligence artificielle (IA) n’a plus de secret pour elle. La marocaine Amal El Fallah Seghrouchni est, en effet, une experte internationale en la matière. Titulaire d’un doctorat de l’Université Pierre et Marie Curie et d’une habilitation à diriger les recherches en intelligence artificielle, Amal El Fallah Seghrouchni est professeure de classe exceptionnelle à la Sorbonne Université, à la Faculté des Sciences et d’Ingénierie. Elle y dirige le groupe de recherche Systèmes Multi-Agents et co-anime l’axe de recherche intelligence artificielle et sciences des données au sein du laboratoire d’Informatique de cette prestigieuse université. En 2020, elle a été nommée  à la Commission Mondiale d’Éthique des Connaissances Scientifiques et des Technologies (COMEST) de l’Unesco, pour un mandat de 4 ans (2020-2023). Notons que cette commission est composée de personnalités éminentes spécialistes des disciplines scientifiques, juridiques, philosophiques, culturelles et politiques, de diverses régions du monde et nommées par la directrice générale de l’Unesco à titre individuel.

Lire aussi | BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé, selon CDG Capital Insight

Amal El Fallah Seghrouchni, qui vit à cheval entre la France et le Maroc, a rejoint l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) en tant que directrice du Centre international d’intelligence artificielle du Maroc. « En France comme au Maroc, des préjugés dévalorisent les femmes et les comportements sexistes ne sont pas rares. Les femmes doivent prendre leur destin en main, s’autonomiser, éduquer leurs enfants autrement pour préparer les générations futures, exiger des mesures pérennes, au-delà de la date anniversaire du 8 mars, pour garantir plus d’équité au foyer, plus de justice au travail et une meilleure représentativité dans toutes les instances », assure-t-elle. 

Lire aussi | Covid-19 : plus de 9 personnes sur 10 vaccinées en Afrique sont marocaines

Les femmes doivent prendre leur destin en main.

 
Article précédent

BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé, selon CDG Capital Insight

Article suivant

Industrie pharmaceutique : les opérateurs marocains très remontés contre Khalid Aït Taleb