Technologie

5G : 130 millions d’abonnements dans la région MENA d’ici 2026 selon Ericsson

L’utilisation de la 5G prend de plus en plus d’ampleur dans la région MENA. Et selon Ericsson, on devrait assister à une explosion des abonnements à cette nouvelle technologie dès 2022. Le groupe suédois a, en effet, dévoilé toutes les nouvelles tendances de la 5G lors d’un webinaire organisé le 17 décembre.


Selon Nicolas Blixell, responsable d’Ericsson pour l’Afrique de l’Ouest, la 5G devrait atteindre 130 millions d’abonnements dans la région du Moyen- Orient et de l’Afrique du Nord d’ici 2026, soit 15% du total des abonnements mobiles. Dans sa présentation, il est longuement revenu sur l’édition de novembre 2020 du rapport de mobilité d’Ericsson, ainsi que des projections de croissance du trafic de données et des abonnements régionaux. Notons que le rapport réitère l’importance de l’octroi de licences en temps opportun pour un spectre harmonisé adapté à la 4G et à la 5G. Ce qui constitue un préalable crucial pour accélérer l’adoption de la technologie et atteindre des services et applications de marché de masse incessamment. On apprend aussi que les fournisseurs de services devraient continuer d’investir dans leurs réseaux pour répondre aux besoins en constante évolution des consommateurs.

Lire aussi| Innovation: l’ANP et Portnet SA lancent le 1er Hackathon digital du secteur portuaire

D’ailleurs, des déploiements commerciaux 5G ont eu lieu dans la région en 2019 et 2020, et les abonnements 5G prévus devraient atteindre près de 1,4 million d’ici la fin de 2020, principalement dans les pays du Golfe. « Cette dernière édition de notre rapport sur la mobilité souligne le besoin fondamental d’une bonne connectivité comme pierre angulaire de ce changement alors que la demande de capacité et de couverture des réseaux cellulaires continue de croître. Investir dans l’infrastructure réseau et optimiser les attributions de spectre pour fournir une connectivité 5G étendue sont des exigences essentielles à prendre en compte dans ce parcours pour annoncer une nouvelle ère d’applications et d’appareils pour les utilisateurs finaux. Nous continuerons d’investir dans notre leadership technologique et d’offrir nos solutions d’infrastructure de pointe pour aider nos clients à saisir les opportunités que la 5G apportera à la région », a expliqué Fadi Pharaon, président d’Ericsson pour le Moyen-Orient et l’Afrique. Selon Ericsson, la région du Moyen- Orient et de l’Afrique du Nord (MENA)  devrait connaître la plus forte croissance de l’utilisation mensuelle des données mobiles au cours de la période de prévision, augmentant le trafic total de données mobiles d’un facteur de près de 7 entre 2020 et 2026.

Lire aussi| Économie verte : Bank Of Africa renforce son soutien aux PME

« Le Moyen-Orient et l’Afrique sont des régions avec une connectivité à large bande limitée. Il y aura environ 65 millions de connexions à haut débit d’ici la fin de 2020, ce qui représente une pénétration totale des ménages d’environ 18%. Sur ces connexions à large bande, le FWA est estimé à environ 20%. Il existe plusieurs exemples de fournisseurs de services dans cette région qui réussissent à répondre à la forte demande de connectivité à large bande », indique le rapport, ajoutant qu’à environ 45%, la région compte la plus forte proportion de prestataires de services axés sur la qualité. « Les fournisseurs de services avec une approche axée sur la qualité exécutent avec succès leurs stratégies pour créer un écart de performance du réseau, obtenant des résultats nettement meilleurs en termes de vitesses de liaison descendante et montante ainsi qu’une latence plus faible », conclut le rapport d’Ericsson.

 
Article précédent

Culture : l’ONMT mise sur Rabat

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission « Ach Waq3 » de MFM Radio