Interview

Abdellah El Fergui, président de la Confédération des TPE/PME : « J’appelle les pouvoirs publics à ne pas laisser mourir la TPE »

La relance économique est en marche. Plusieurs mesures ont été prises par les pouvoirs publics pour soulager les entreprises et les aider à remonter la pente dans la conjoncture actuelle marquée par la crise sanitaire. Cependant, les petits patrons estiment qu’ils sont laissés-pour-compte. Abdellah El Fergui , Président de la Confédération marocaine des TPE/PME, analyse la situation.


Challenge : Où en est la TPE dans le cadre de la relance économique ?

Abdellah El Fergui: Les différents mécanismes pour la relance ont été lancés. Mais, ce sont les PME et les grandes entreprises surtout qui en profitent. Comme vous le savez, les TPE n’ont pas d’assises financières, et ont beaucoup d’incidents tels que des impayés et autres. Et dans ce cas, il leur est difficile de bénéficier des produits de relance, dans la mesure où les banques exigent, dans le cadre des produits Damane Oxygène, Damane Relance, Relance TPE ou encore Intelaka, qu’elles aient un bilan correct. Cela fait qu’une grande majorité de TPE est d’office éliminée. Il y a donc un réel problème de financement qui se pose pour la TPE marocaine aujourd’hui. Il est bien évident que certains incidents, pour certaines TPE, sont directement liées à la crise sanitaire (baisse de l’activité, retard de paiement…) et pour d’autres, non. On oublie souvent qu’il y a des TPE qui ont aussi du mal à faire du recouvrement dans cette période de crise sanitaire, ce qui pénalise leur trésorerie, et les empêche aussi, comme je l’ai expliqué plutôt, d’accéder au financement proposés. Il y a des sociétés d’Etat qui, jusqu’à présent, n’ont pas encore payé leurs clients TPE. Nous avons alerté les ministères concernés, et nous attendons depuis. L’autre problème concerne le plafonnement à 10% du chiffre d’affaires de la TPE fixé par les pouvoirs publics qui limite aussi la marge de manœuvre. Quand vous prenez des TPE qui réalisent un chiffre d’affaires de 300.000 DH, de 500.000 DH ou 800.000 DH, vous imaginez bien que ce n’est pas avec un prêt atteignant 10% de ce chiffre d’affaires qu’elles vont pouvoir faire la relance économique. C’est donc compliqué. Nous avons l’impression que les pouvoirs publics veulent laisser mourir les TPE qui avaient déjà d’énormes difficultés avant la pandémie.

Lire aussi| Parc éolien de Melloussa : un gouffre financier ou un rêve qui tarde à voir le jour pour le groupe Taqa ?

Challenge: Vu la situation que vous décrivez, comment les TPE comptent-elle remonter la pente ?

AEF: Aujourd’hui, nous ne parlons même plus de relance économique, mais plutôt de survie de la TPE. Entre temps, nous nous attendions à ce qu’après les 3 mois de confinement en 20202, le gouvernement lance un plan de relance pour la TPE, puisque nous avons des problèmes qui sont totalement différents de ceux de la grande PME ou de la Grande Entreprise. Mais, nous avons eu un plan qui englobé tout le monde. D’ailleurs, nous avions réalisé après le confinement qui a montré que 83,7% des TPE/PME étaient en arrêt total d’activité. Le gouvernement a préféré discuter avec quelques fédérations ici et là, et prendre aussi quelques actions. Certes, il y a les mesures de la CNSS (Caisse nationale de sécurité sociale) qui ont soulagé beaucoup de secteurs, mais j’insiste quand-même sur le fait que ces mesures ont profité aux PME qui ont des salariés déclarés, alors que vous savez qu’au Maroc une grande majorité des TPE, qui néanmoins représentent plus de 90% du tissu économique national, ont des salariés non déclarés. Donc, je pense que c’est une sérieuse problématique à laquelle il faudra s’attaquer.

Lire aussi| Brahim Chammar, Directeur général délégué de Fenie Brossette : «Fenie Brossette a décidé d’investir dans deux secteurs»

Challenge: La campagne de vaccination contre le coronavirus avance bien au Maroc, et peut-être que le gouvernement pourrait envisager de desserrer un peu les mesures de restrictions en vigueur pour permettre une reprise plus importante de l’activité économique. Les cafés et autres restaurants pourraient donc reprendre une activité normale comme avant le coronavirus, si tout se passe bien. Comme préparez-vous cette reprise ?

AEF: Nous sommes déjà en train de discuter entre fédérations et associations et ce, filière par filière. L’objectif est d’installer une synergie dans la préparation et dans les actions à mener dans ce sens. Il s’agit des professionnels des café et restaurants, des professionnels du transport touristique, les agences de location de voitures, etc. Je pense que les pouvoirs publics doivent discuter avec nous pour au moins trouver une solution pour ces TPE. Ce sont des entreprises qui ont besoin parfois juste de petites aides pour survivre. Une bonne partie des TPE ne profite pas des mesures du Comité de veille économique (CVE) parce qu’elles ont des arriérés de CNSS à payer. Mais, j’appelle les pouvoirs publics à ne pas laisser mourir la TPE.

 
Article précédent

Brahim Chammar, Directeur général délégué de Fenie Brossette : « Nous avons décidé d’investir dans deux secteurs »

Article suivant

Mohammadin Boubekri, Président de l’Ordre des médecins : « Nous n’avons aucune réserve pour le recrutement de médecins étrangers, sauf une »