Interview

Amine Diouri : « La Data est plus que jamais le premier allié de l’entreprise dans l’après-Covid »

Le cabinet Inforisk vient de mettre au point l’Impact Score Covid-19, un outil d’analyse permettant aux entreprises, dans cette phase de relance économique, d’avoir beaucoup plus de visibilité sur l’avenir et sur leur environnement. Amine Diouri, Responsable Programme Dun Trade et Directeur Etudes & Communication chez Inforisk, nous détaille les spécificités de ce nouvel indicateur et décrypte également la reprise économique.


Challenge: Quelless sont les spécificités de cet outil d’analyse de risque, et quel est son intérêt pour les entreprises dans cette pandémie de Covid-19 ? 

Amine Diouri: Ce nouvel indicateur, appelé Impact Score Covid-19, vise à apporter une meilleure visibilité aux entreprises marocaines, dans le contexte très particulier et difficile du Covid19 : visibilité sur l’écosystème de l’entreprise, à savoir les Clients, Fournisseurs, Distributeurs, Partenaires… On le sait, un gros donneur d’ordres défaillant aura un impact négatif sur toute une chaine de valeur, et avoir un effet d’entrainement sur tout un écosystème d’entreprises. L’Impact Score Covid19 (ISC19) est construit à partir de différents paramètres, à la fois internes (santé financière de l’entreprise) et externes (impacts sanitaires, business sectoriel). Ces derniers proviennent de la captation de différents « signaux » de data émis par le Marché. L’ISC19 est noté de 1 à 10 avec 1 correspondant à un risque « Business » très faible et 10 à un risque très élevé. Par ailleurs, il est parfaitement complémentaire de notre score de défaillance. Concrètement, l’ISC19 permet de mieux gérer le risque Clients, en cette période de crise, en identifiant les comptes les plus impactés dans le portefeuille de l’entreprise, et en proposant une nouvelle stratégie de segmentation Clients adaptée à la crise. Par ailleurs, dans une vision « Business Développement », qu’il ne faut surtout pas négliger durant cette période, il permet de modifier l’approche marché de la société, en intégrant une dimension risque « Business » dans le ciblage client, qui redirigera ainsi les efforts marketing et commerciaux vers les prospects les moins risqués. Dernier élément sur ce point, nous proposons également des outils complémentaires de monitoring de portefeuille, permettant de surveiller les clients à risques. Enfin, le Programme Inforisk Dun Trade sur les retards de paiement apporte de la data fraiche et à jour sur les retards de paiement des clients de l’entreprise. En cette période d’incertitudes, cette information vaut de l’or.

Lire aussi| Vers la création de sociétés régionales de distribution d’électricité

Challenge: Le déconfinement a commencé et les entreprises redémarrent progressivement leurs activités. Comment Inforisk analyse-t-il la relance de l’économie en cours ? 

Amine Diouri: A la fin de cette période de confinement, nous ne sommes sûrs que d’une chose : c’est qu’une majorité d’entreprises ont été fortement impactées en termes de baisses d’activité de mars à juin. Même en cas de reprise forte à partir de juillet, 2020 sera une « Annus Horribilis », marquée par une contraction forte de l’activité par rapport à l’exercice précédent, avec leurs corollaires : pertes nettes importantes avec des réductions d’effectifs pour ajuster les charges, problèmes de recouvrement et augmentation des délais de paiement, diminution de cash flows… et moins de recettes fiscales versées à l’Etat par les entreprises. C’est à ce point précis où je veux arriver. Les recettes 2020 de l’Etat vont certainement s’amoindrir compte tenu de l’appauvrissement des différents acteurs économiques (ménages, entreprises). Comment financer un plan de relance offensif avec moins de recettes ? Toute la difficulté sera là. Damane Relance ne suffira pas à sauver toutes les entreprises en difficultés. La loi de finance rectificative, qui doit prochainement être présentée, donnera une idée plus précise des orientations de l’Etat.

Lire aussi| Impôt: la DGI permet aux contribuables de repousser le paiement à fin septembre

Challenge: Quel rôle pour la Data au sein de l’entreprise marocaine désormais, après cette crise ? 

Amine Diouri: Plus que jamais, la Data est le premier allié de l’entreprise dans le monde de l’après Covid. La data offre cette possibilité d’avoir de la visibilité et d’anticiper les événements avant qu’ils ne se réalisent. Je pense qu’il faut être clair : le pire est encore à venir ! Particulièrement en matière de défaillances d’entreprises. Du fait du ralentissement de l’activité des tribunaux de commerce, combiné à une mise sous perfusion d’entreprises qui ont bénéficié des aides de l’Etat (Aides CNSS, exonération/report, Damane Oxygène), nous n’avons pas encore vu une augmentation des faillites. Mais rappelons-le, les aides de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale ont pris fin le 30 juin, les reports fiscaux accordés devront être payés prochainement. Bref, beaucoup d’incertitudes et de risques subsistent. La data agit justement comme un phare au milieu ce brouillard épais, et permet à l’entreprise de mieux piloter le risque Clients durant la crise.

Challenge: Quelles doivent être les priorités des entreprises marocaines dans les semaines et mois à venir ? 

Amine Diouri: Priorité au Cash ! C’est la seule chose qui permettra à l’entreprise de surmonter cette période difficile. Comment y arriver ? Recouvrer ses créances à l’extérieur, diminuer dans la mesure du possible le DSO. Pour aider l’entreprise, le programme Dun Trade permet justement d’identifier dans le portefeuille Clients del’entrepriseles bons et mauvais payeurs dans une vision comparative ( Moi Versus les Autres) et de prioriser le recouvrement des « mauvais payeurs ». Dernier point, l’adhésion au programme est gratuite.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l’émission « Décryptage » de radio MFM

Article suivant

Hausse de 6,5% du crédit bancaire en mai