Interview

Anouar Berrada : « nous ne pensons même plus à la saison hiver 2020/2021 mais à sauver la saison d’hiver 2021/2022 ! »

3 questions à Anouar Berrada, administrateur Directeur Général du groupe Hôtel El Minzah Tanger et Grand Hôtel Villa de France.


Challenge : croyez-vous qu’il est encore possible de sauver la saison de l’hiver 2020/21 pour le secteur touristique au Maroc ? 

Anouar Berrada : aujourd’hui nous ne pensons même plus à la saison hiver 2020/2021 mais à sauver la saison d’hiver 2021/2022 car elle nous semble très compromise. Tout ce que nous avions bâti pour cette saison d’hiver comme pour l’été 2020 s’est effondré. Nous devons absolument reprendre un semblant d’activité normale afin de redonner confiance aux Tours Opérateurs et aux spécialistes du MICE afin qu’ils puissent programmer le Maroc pour l’an prochain. Et avec les restrictions imposées actuellement au niveau des déplacements nationaux et au niveau des loisirs sur les différentes villes du Maroc, il me semble que cela relèvera du miracle si nous accueillons des touristes cette fin d’année.
De plus, tant qu’il sera impossible d’accueillir des congrès et des séminaires, la saison ne pourra en aucun cas être sauvée.

Lire aussi | Maroc : la gestion du Covid ou le dilemme de la décennie

Challenge : avez vous l’impression qu’on a sacrifié le secteur de l’hôtellerie et de la restauration pour des raisons sanitaires ? Si oui, l’aurait-on fait à tort ou à raison ?

A.B : le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a effectivement été sacrifié car il a été traité non pas en priorité comme il aurait dû l’être, mais en dernier lieu comme s’il était insignifiant pour notre pays, et je trouve cela très regrettable. Et le traitement qui lui a été réservé laisse vraiment à désirer. Comment pouvez vous demander aux opérateurs nationaux de faire la promotion du tourisme interne et en même temps isoler les connexions entre les différentes villes et des fois avec des décisions prises avec une célérité remarquable digne d’un record devant être enregistré au Guinness? Mais de là à vous dire si cela a été fait à tort ou à raison je ne me permettrai pas de juger la justesse des actions mais je juge plutôt la manière avec laquelle cela a été fait.

Challenge : la crise du Covid19 risque-t-elle de rebattre les cartes entre les pays touristiques du continent africain et du pourtour méditerranéen ? Le Maroc pourrait il en sortir vainqueur et à quel horizon ?

A.B : il est certain que cette crise redistribuera la donne car donner l’occasion à des TO et autres organisateurs de voyages d’essayer d’autres destinations qui auront su s’ouvrir au tourisme avant nous, et ils lieront des liens affectifs avec elles. Nous devons absolument très vite réagir et profiter de cette crise pour remettre à niveau notre offre de service et profiter des mesures sanitaires imposées actuellement pour en faire bénéficier notre secteur sur le très long terme.

Lire aussi | Tétouan : nouveau service d’urgences

 
Article précédent

Jorf Lasfar : un modèle en matière d’économie circulaire

Article suivant

Le groupe de cliniques CIM Santé accueille le sud-africain Vantage Capital