Automobile

Carlos Ghosn : « Je n’étais pas au courant des plans d’évasion élaborés par des associés »

L’ancien patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a accordé une interview exclusive au Sunday Times Magazine.


L’entretien révèle de nouveaux détails sur l’audacieuse évasion de Carlos Ghosn à minuit de l’assignation à résidence à Tokyo, pourquoi il a fui, sa vie actuelle en exil au Liban et ses projets pour l’avenir. L’ancien CEO, 66 ans, affirme qu’il n’a pas commis les crimes dont il est accusé. Il a déclaré qu’il n’était pas au courant de bon nombre des plans d’évasion élaborés par des « associés » qui font maintenant l’objet d’une extradition vers le Japon pour faire face à des accusations criminelles, mais a révélé qu’il avait utilisé un téléphone « jetable » pour effectuer des correspondances « rapides et confidentielles », alors qu’il était assigné à résidence.

Lire aussi | Crédits aux particuliers : de nouvelles conditions d’octroi dès 2021

Depuis son évasion au Liban, Carlos Ghosn a écrit un livre dans lequel il se défend contre les accusations. Écrit en français (l’une des quatre langues qu’il parle) et intitulé « Le Temps de la vérité », il pourrait être la meilleure occasion pour lui d’exposer sa version de l’histoire. Dans le livre et dans l’interview du Sunday Times, il soutient qu’il y a eu une conspiration au sein de Nissan pour l’évincer. « Le Japon est devenu nationaliste. Il a été question de la ‘’re-japonisation’’ de Nissan », a-t-il déclaré, affirmant que les fuites d’e-mails corroboraient ce récit. L’ambition de Carlos Ghosn de faire aboutir une fusion avec Renault est en conflit avec cet objectif présumé, affirme-t-il, ajoutant que la société a par la suite conspiré pour « me mettre complètement hors de vue. Cela signifiait me mettre en prison ».

Lire aussi | Près d’un décès sur cinq dus à la Covid-19 en Afrique est lié au diabète [OMS]

Carlos Ghosn a également révélé ses projets pour l’avenir dans cet interview. Il a ainsi commencé à enseigner un cours de gestion à l’Université Holy Spirit de Kalisk au Liban, formant des entrepreneurs locaux dans l’espoir de pouvoir aider l’économie libanaise à se remettre de l’explosion dévastatrice qui a eu lieu à Beyrouth en août. Les principaux politiciens du pays l’ont appelé à rejoindre le gouvernement libanais, mais il a déclaré qu’il n’accepterait qu’un poste de conseiller informel car il est fatigué de la politique après une carrière dans une entreprise affiliée à la politique. Pour l’instant, dit-il, il « jouit de plaisirs simples : être avec Carole [sa femme] et mes enfants ».

 
Article précédent

El Guerguerat : l'Association nationale des médias et des éditeurs salue hautement le "professionnalisme et l’efficacité" des FAR

Article suivant

Kenza Lahlou:« la crise sanitaire a créé de nouvelles opportunités»