Pandémie

Coronavirus : la fréquentation des restaurants augmente le risque d’infection [Étude]

Les restaurants et les bars seraient des lieux particulièrement propices à la contamination par le Covid-19. Une étude des autorités sanitaires américaines pointe du doigt le rôle des restaurants et des bars dans la propagation de la pandémie du coronavirus, tout en atténuant celui des transports en commun et des bureaux.


Ce résultat peut paraître normal, car il n’est pas possible de manger ou de boire tout en conservant son masque. Les traçages de contacts dans quelques États américains ont mis en évidence cet été que les bars et les restaurants étaient à l’origine de nombreuses contaminations. La nouvelle étude n’a pas confirmé exactement où les personnes ont effectivement été infectées, mais l’étude a démontré que les personnes infectées étaient deux fois plus susceptibles de déclarer avoir mangé au restaurant que les personnes négatives.

Les experts des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont questionné environ 300 personnes venues se faire tester en juillet dans 11 hôpitaux américains. La moitié étaient positifs. Les questions avaient pour but de retracer les lieux fréquentés par les patients dans les 14 jours précédents l’apparition de leurs symptômes. Étaient-ils allés faire les courses ? Avaient-ils pris les transports en commun ? Se sont-ils retrouvés dans un endroit clos avec plus de 10 personnes ? Se sont-ils rendus au bureau, à la salle de sport, chez le coiffeur, dans un bar, un restaurant ?

Lire aussi |Le Maroc dépasse la Chine en contaminations au Covid19

Les experts se sont rendu compte que les participants négatifs et positifs disaient porter le masque dans des proportions similaires et ne différaient pas dans leurs comportements pour l’ensemble de ces lieux, sauf deux : les bars et les restaurants. Les cas positifs étaient deux fois plus nombreux à être allés au restaurant que les cas négatifs dans les deux semaines précédant les premiers symptômes. Idem pour les bars pour une sous-catégorie (les cas positifs n’ayant pas eu de contact avec des cas de Covid-19).

L’étude a relevé que pour les participants qui se sont rendu dans un bar ou un café, le risque d’être infecté était 3,9 fois plus élevé.

Lire aussi |Laboratoires privés : les tests Covid étendus aux non-voyageurs

 
Article précédent

La Confédération des Juniors-Entreprises revendique un statut juridique et fiscal clair

Article suivant

Coronavirus : quand faut-il se dépister ? [Infographie]