Pandémie

Coronavirus : Le déconfinement avant l’heure

Alors que l’état d’urgence sanitaire ne prendra officiellement fin que le 10 juin, chaque ministère coordonne avec le ministère de l’Intérieur pour obtenir les autorisations qui concernent les activités sous sa tutelle. Sommes-nous déjà face à un déconfinement qui ne dit pas son nom ? Tout prête à croire que c’est le cas.


La récente étude du Haut-commissariat au plan (HCP) intitulée « Approche par un benchmark de la situation de la pandémie Covid-19 au Maroc, un espoir réel d’une levée maîtrisée du confinement » est catégorique : le Royaume, après tous les efforts intenses mis en œuvre pour contenir la propagation de covid-19, se retrouve très proche de « la zone de succès » composée des pays qui ont atteint le contrôle de l’épidémie. Selon cette étude, le Maroc est dans le Groupe 3, soit le quadrant des pays relativement peu touchés à ce stade et qui sont en quête de la maîtrise de la propagation, du fait que le nombre de reproduction (R0) serait en dessous de 1 et sa progression récente sur les 10 derniers jours de 1,4% et en baisse continue. Le renforcement de la vigilance et l’intensification des tests actuellement en cours laisse penser que le Maroc s’achemine vers une logique de déconfinement sous contrôle, d’après l’étude du HCP. Alors que l’état d’urgence sanitaire ne prendra officiellement fin que le 10 juin, de nombreux commerces et espaces annoncent sur les réseaux sociaux une réouverture imminente comme certaines salles de sport. De nombreux magasins dont l’activité n’est pas considérée comme essentielle ont même rouvert leurs portes comme certaines blanchisseries ou salons de coiffure. D’autres, en revanche, se contentent pour le moment d’entretenir les locaux, laissés à l’abandon depuis la fermeture. « Comme le ministre de l’Economie a demandé aux entreprises de reprendre leurs activités après l’Aïd, je suis parti ouvrir mon magasin le lundi 27 mai et je n’étais pas le seul. Mais, on nous a ordonné de fermer. Après explication, on nous a dit d’attendre jusqu’à lundi prochain », raconte un propriétaire de magasin de Stores et tentes caidales sur le Bd Mohammed VI à Casablanca. Sommes-nous déjà face à un déconfinement qui ne dit pas son nom ? Tout prête à croire que c’est le cas. Il faut dire qu’en l’absence d’un plan global pour la sortie de confinement, chaque ministère coordonne avec le ministère de l’Intérieur pour obtenir les autorisations qui concernent les activités sous sa tutelle. C’est ainsi que Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du commerce, autorise la réouverture des cafés et des restaurants pour des livraisons à domicile ou des plats à emporter. Hier samedi 30 mai, il a également mené des consultations en visio-conférence avec les  présidents des Chambres marocaines de Commerce, d’Industrie et de Services et des présidents des Associations professionnelles représentatives du secteur du Commerce. Ordre du jour : la reprise des activités commerciales.

Lire aussi | Coronavirus : 3 nouvelles contaminations, aucun nouveau décès et 5.412 guérisons au total dimanche 31 mai à 10h00

Quelques jours auparavant également, le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, Othman El Ferdaous, a autorisé la réouverture des kiosques à journaux et des librairies, permettant aux entreprises de presse de reprendre leurs éditions papier et aux imprimeries de recommencer à tourner.

Aujourd’hui, la vie semble retrouver progressivement son cours normal. L’Office National des Chemins de Fer (ONCF) a annoncé le renforcement de ses dessertes de trains navettes, cela dès le lundi 1er juin. Ce renforcement concernera les Trains Navettes Rapides (TNR) et ce en vu d’accompagner la «reprise progressive du trafic», écrit l’office dans un communiqué publié à cet effet.  Ainsi, le nombre de dessertes «passera de 20 à 40 trains par jour», grâce à la réouverture des gares de Rabat Agdal et Salé Tabriquet, précise la même source. Les axes de proximité Casa Port-Settat, Casa Port-El Jadida et Casa Port – Rabat – Kenitra, ont été maintenus durant toute la période de confinement, mais avec une baisse significative des dessertes. Il faut souligner qu’entre temps, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assoupli la procédure des déplacements inter-provinces pour les personnels des administrations, établissements publics et sociétés privées. Dans un message adressé, le 26 mai, aux walis et gouverneurs des préfectures et provinces, il souligne que « la présentation d’ordre de mission dûment signé par les employeurs par lequel les déplacements inter-provinces à caractère administratif ou professionnel les dispensent de tout autre document au niveau des barrages de contrôle ». Depuis, plus besoin donc d’une autorisation exceptionnelle des agents d’autorité, un simple ordre de mission suffit.

Du côté de l’Office National Des Aéroports (ONDA), même si la date de reprise du trafic aérien n’est pas encore annoncée, l’on prépare actuellement la réouverture des aéroports et la reprise des vols internes.

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Le désordre économique mondial à la une de la révolution monétaire [Tribune]

Article suivant

Attijariwafa bank : webinaire sur la psyché des Marocains à l’épreuve du confinement