Pandémie

Coronavirus : l’OMS examine l’efficacité du vaccin d’AstraZeneca

Les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) examinent lundi le vaccin anti-Covid-19 d’AstraZeneca et Oxford, au moment où est mise en question son efficacité pour les plus âgés et contre le variant sud-africain du virus, l’Afrique du Sud allant même jusqu’à suspendre sa campagne d’immunisation.


Le vaccin AstraZeneca/Oxford, que le Royaume-Uni a été le premier à administrer massivement à sa population dès décembre, a déjà été approuvé par plusieurs autres pays et par l’Union européenne. Mais certains gouvernements ont préféré le recommander uniquement pour les moins de 65 ans voire 55 ans, faute de données suffisantes sur son efficacité pour les personnes plus âgées.

Et dimanche, l’Afrique du Sud a suspendu le démarrage de son programme de vaccination contre le Covid-19, qui devait avoir lieu dans les prochains jours avec un million de vaccins Oxford/AstraZeneca, après une étude révélant une efficacité « limitée » contre le variant local du virus.

Lire aussi|De la « guerre du feu » à la « guerre des vaccins »

Selon les premiers résultats de cette étude, ce vaccin est efficace à seulement 22% contre les formes modérées du variant sud-africain. Aucun résultat n’est encore disponible sur son efficacité contre les formes graves. «Les premiers résultats semblent confirmer que la mutation du virus détectée en Afrique du Sud peut se transmettre à la population déjà vaccinée», indique un communiqué sur cette étude de l’université du Witwatersrand à Johannesburg, qui n’a pas encore été examinée par des pairs. «Nous pensons que notre vaccin protégera quand même contre les formes graves de la maladie», a affirmé pour sa part un porte-parole d’AstraZeneca.

Avec une efficacité moyenne pour l’heure de 70%, le vaccin d’AstraZeneca/Oxford est moins probant pour l’instant que ceux de Pfizer/BioNTech ou de Moderna, dont l’efficacité dépasse les 90%. Mais ce vaccin utilise une technologie plus traditionnelle que ces deux concurrents, ce qui le rend moins coûteux, plus facile à stocker puisqu’il peut être conservé dans des réfrigérateurs et non à très basse température, et donc plus adapté à des campagnes de vaccination massives.

Lire aussi|OMS : plus de vaccinations anti-covid19 que de cas détectés dans le monde

Avec AFP

 
Article précédent

David Govrin, chargé d’affaires temporaire d’Israël au Maroc : « Je suis content et honoré de servir dans mes nouvelles fonctions à Rabat »

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du lundi 8 février 2021