Rapport

Cour des comptes européenne : l’aide financière au Maroc donne des résultats limités

L’UE est le plus grand donateur d’aide au développement du Maroc. Pour la période 2014-2020, la Commission a programmé 1,4 milliard d’euros d’aides.


Selon un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne (CCE), l’aide financière de l’Union européenne (UE) au Maroc, fournie par le biais de transferts directs à sa trésorerie de 2014 à 2018, a fourni une valeur ajoutée et une capacité limitées pour soutenir les réformes dans le pays.

La Commission européenne a répondu aux besoins identifiés dans les stratégies nationales et européennes, mais elle a réparti le financement sur un trop grand nombre de domaines, ce qui a affaibli son impact, estiment les auditeurs financiers. Ils ont également constaté que la gestion par la Commission des programmes d’appui budgétaire pour le pays était entravée par des faiblesses dans la manière dont ils étaient conçus, mis en œuvre et contrôlés, ainsi que dans l’évaluation des résultats.

L’UE est le plus grand donateur d’aide au développement du Maroc. Pour la période 2014-2020, la Commission a programmé 1,4 milliard d’euros d’aides, principalement pour les trois secteurs prioritaires : services sociaux, État de droit et croissance durable. À la fin de 2018, elle avait conclu des contrats pour 562 millions d’euros et effectué des paiements de près de 206 millions d’euros au titre de son instrument d’appui budgétaire, qui vise à promouvoir les réformes et les objectifs de développement durable et représente 75% des dépenses annuelles de l’UE pour le pays, rapporte le site spécialisé dans les affaires européennes eureporter.

Les auditeurs ont évalué si la gestion par la Commission de l’appui budgétaire de l’UE aux secteurs prioritaires au Maroc de 2014 à 2018 était efficace et si les objectifs étaient atteints. Ils ont examiné les domaines de la santé, de la protection sociale, de la justice et du développement du secteur privé. « L’appui budgétaire de l’UE au Maroc n’a pas fourni un soutien suffisant aux réformes du pays et les progrès sur les principaux défis ont été limités », a déclaré Hannu Takkula, membre de la Cour des comptes européenne responsable du rapport. « Pour maximiser l’impact du financement de l’UE, la Commission devrait concentrer son soutien sur moins de secteurs et renforcer le dialogue politique avec le Maroc », a ajouté le membre.

Lire aussi : Maroc : 101 millions d’euros pour lutter contre la migration irrégulière

La Commission a évalué les besoins et les risques de manière appropriée et a considéré que l’appui budgétaire était le bon instrument pour acheminer l’aide au Maroc. À l’heure actuelle, l’aide budgétaire moyenne de l’UE d’environ 132 millions d’euros par an représente environ 0,37% des dépenses budgétaires annuelles moyennes du pays. En conséquence, son effet de levier global est limité. En même temps, les auditeurs ont constaté que des montants importants de budgets ministériels restaient inutilisés, ce qui remet en question la valeur ajoutée de l’aide financière de l’UE.

La Commission a défini les trois secteurs prioritaires. Les vérificateurs ont toutefois constaté qu’ils se composaient de 13 sous-secteurs, dont beaucoup pouvaient être considérés comme des secteurs autonomes. Les auditeurs avertissent qu’une définition aussi large des zones éligibles couvrant un grand nombre de secteurs réduit l’impact potentiel du soutien de l’UE. Ils soulignent également que la Commission n’a pas alloué de fonds aux programmes sectoriels en utilisant une méthode transparente et que la coordination des donateurs entre les secteurs est inégale.

 
Article précédent

Conseil des ministres : deux projets de loi adoptés

Article suivant

Mango négocie son retour au Maroc