InternationalLes chroniques de Jamal Berraoui

France : de la responsabilité politique

Bien que ne je sois pas un fan du macronisme, j’ai été obligé de reconnaître que le discours du président français est d’un niveau élevé, parce que bien charpenté.


En fait, en 20 minutes chrono, il a répondu aux questions du moment qui sont au nombre de 4 :

Le retour d’expérience sur la crise sanitaire : le bilan est un débat franco-français. L’histoire des masques empoisonne la vie politique. Mais s’il reconnaît que des dysfonctionnements ont eu lieu, que des fragilités ont été relevées, il note que le système sanitaire a tenu.

Lire aussi | Frontières : la France lève ses restrictions de circulation

Le retour d’expérience sur le plan institutionnel : il reconnaît que ce qui a marqué la période c’est l’implication des élus locaux et des ONG qui ont pallié les insuffisances. Il en tire les conséquences et promet une plus grande fluidité dans les relations entre le pouvoir central et les instances locales. Lui qui snobait l’intermédiation et se prenait pour Jupiter descend à terre.

Sur le plan économique, il vante les efforts faits, tant pour soutenir l’offre que pour soutenir la demande. Il sort de ses dogmes budgétaires, reparle du social et laisse entrevoir de grandes réformes, mais pas avant de relancer l’activité, de retrouver un niveau normal.

Lire aussi | Relocalisation potentielle de Renault en France : pourquoi le Maroc est à l’abri

Enfin, il se projette dans l’avenir, souveraineté, indépendance, transition écologique. C’est le triptyque qu’il définit à la France, mais dans le cadre de l’Europe. Il ne s’agit pas ici de discuter du fond, je ne suis pas citoyen français.

Mais force est de constater que la communication est bonne. Elle tire le bilan, explique l’action en cours et trace les perspectives.

Qui peut l’expliquer à ceux qui nous gouvernent ?

 
Article précédent

Lydec : retour à la facturation des consommations réelles

Article suivant

Tourisme: L’ONMT et les CRT peaufinent les derniers détails du plan de relance