Covid-19

Emploi : ces secteurs qui continuent de recruter malgré tout

Malgré la morosité de l’économie nationale, mise à terre par la situation de crise sanitaire mondiale, certains secteurs continuent de recruter. C’est le cas avec la banque, les IT et l’outsourcing dont, pour certains, les besoins en recrutement durant cette période de l’année ont surpassé ceux de 2019.


« Le marché a été un peu plus animé durant les mois de juillet et août de cette année que l’année dernière. Les entreprises qui avaient l’habitude de recruter durant cette période ont continué à le faire. On peut même observer une légère courbe ascendante dans les offres d’emploi sur ces deux mois de l’été ». C’est le constat que fait Alexandra Montant, directrice générale adjointe de la plateforme de recrutement Rekrute.com. À ce jour, certains secteurs tirent assez bien leur épingle du jeu. Ce sont les secteurs des IT, des Call Center et de la Banque/Finance. « Ces derniers restent les plus gros recruteurs et continuent de pérenniser leurs recrutements. À ce titre, si on compare les recrutements de ces 3 secteurs entre juillet/août 2020 et juillet/août 2019, on peut même constater une hausse des postes ouverts », explique Alexandra Montant.

Lire aussi | Recruter et fidéliser les jeunes talents, un défi pour les entreprises [Tribune]

Pour le secteur de la Banque/Finance, 465 postes ont été ouverts et 230 annonces ont été diffusées durant cette période contre 171 postes ouverts et 104 annonces diffusées en 2019. « Le secteur a ainsi enregistré une très forte augmentation des postes ouverts, de 171%, entre les 2 périodes analysées. Et en termes d’annonces postées, le score est tout aussi positif avec 121% d’augmentation des annonces diffusées sur la même période », montrent les chiffres de Rekrute.com.

Le secteur des IT a quant à lui enregistré 2.514 postes ouverts contre 2.017 en 2019 (+25%). Les annonces diffusées ont plutôt baissé, 549 contre 839 en 2019 (-34%). Le secteur a eu besoin de renforcer les équipes pour faire face à la situation actuelle. « Une situation qui met la lumière plus que jamais sur l’émergence de l’IT et de la digitalisation », avance Montant.

Enfin, dans le secteur de l’outsourcing (call center), les postes ouverts ont marqué le pas, avec une baisse de 19%, 6.888 contre 8.570 en 2019. Les annonces ont suivi la même tendance, avec une baisse de 12% (376 contre 428 en 2019). Mais malgré cette baisse, le secteur est celui qui a émis le plus d’offres d’emploi sur le marché, marquant au passage le besoin de l’outsourcing de profils beaucoup plus compétents. Il ne faut cependant pas oublier que durant le confinement, la plupart des entreprises ont fait consommer aux employés leurs jours de congés. « Les gens ont travaillé durant les mois de juillet et août, contrairement aux années précédentes », détaille Alexandra Montant. Le besoin de recruter, même des temporaires, ne s’est donc pas fait pressant.

Lire aussi | CCG : plus de 15.000 entreprises bénéficiaires des mécanismes de relance

Ilham Mouhriz, Directrice des ressources humaines Sitel Afrique

Trois questions à Ilham Mouhriz, Directeur des Ressources Humaines Afrique de Sitel

Quelles sont les perspectives d’emploi à cette rentrée 2020 et en comparaison aux années précédentes ?
Globalement le marché de l’emploi est sur une tendance baissière comparé aux deux précédentes années. La réaction des entreprises face à la crise COVID-19 était naturellement de geler les recrutements par manque de visibilité sur leurs perspectives de croissance.
Cette tendance baissière ne concerne pas tous les secteurs ; la crise a bel et bien profité à certaines industries qui ont lancé des recrutements massifs pour faire face à la demande : l’audiovisuel, la télécommunication, le e-commerce, …
Mis à part les secteurs qui sont toujours à l’arrêt tels que le tourisme, l’aérien, l’évènementiel, nous avons constaté que les recrutements ont repris timidement et progressivement en Avril et se sont accélérés avec le déconfinement. Toutefois, ils restent en dessous du niveau habituel. 

Les chiffres du HCP affichent une perte de 589.000 emploi entre le Trimestre 2 de 2019 et celui de 2020. Est-ce une tendance qui est appelée à perdurer à votre avis ?

Certains secteurs sont plus touchés que d’autres et auront sans doute du mal à se relever de cette crise. De manière globale, le ralentissement de l’activité bloque la création de l’emploi et certaines entreprises ont déjà entamé des plans de licenciements économiques.
Cette épidémie a fragilisé la santé financière des entreprises et a ralenti les projets d’investissement qui permettent la création de l’emploi. L’hypothèse d’une seconde vague d’épidémie se confirme de plus en plus ; ce qui ne sera sans doute pas favorable au marché de l’emploi, au moins sur le premier semestre 2021.

Dans votre secteur d’activité, comment se présentent les perspectives d’emploi ? Des besoins d’embauche existent ?

Notre particularité c’est que nous opérons pour des clients dans différents secteurs ; nous avons donc une vision 360° de ce qui se passe sur le marché de l’emploi.,
Nous gérons des activités vitales pour les concitoyens et qui n’ont pas été impactés par la crise COVID-19. Par exemple, les flux ont considérablement augmenté dans des activités comme l’Énergie et la télécommunication pendant toute la période de confinement. Nous assistons également à une forte demande dans les activités d’e-commerce et d’achats en ligne, … Sur ces activités, la dynamique du recrutement n’a pas connu de changements majeurs mis à part en tout début de crise. Notre plan de recrutement se poursuivra dans les prochains mois pour faire face à des montées en charge.
Toutefois, nous avons été fortement impactés dans les activités touristiques et hôtelières où nous avons réduit drastiquement les effectifs pour les reclasser sur d’autres activités lorsque les profils sont compatibles. Nous avons des besoins en recrutement pour cette rentrée et contrairement aux années précédentes, nous n’avons pas ressenti une pression sur le marché de l’emploi. Nous avons amélioré notre offre de recrutement avec notamment l’option télétravail qui est maintenant possible.

 
Article précédent

Gouvernement : un divorce consommé

Article suivant

Programme Impulse de l'UM6P : 16 Startuppers primés