Energie

Énergies renouvelables : Les nouvelles ambitions du Maroc

Le Maroc est déjà un leader dans le domaine des énergies renouvelables en Afrique. Abritant la plus grande centrale solaire au monde inaugurée en 2016, et poursuivant la mise en œuvre d’autres gigantesques projets en la matière, le royaume n’entend toutefois pas s’arrêter à cette étape.


Selon Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, le Maroc, à l’instar des pays en développement et émergents, veut une transition de simple producteur de l’électricité à partir de l’énergie renouvelable à un partenaire de pays et de grandes compagnies internationales disposant de l’industrie énergétique. Le ministre a révélé cela lors d’une intervention, le 12 janvier, en marge de la 10ème Assemblée Générale de l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA) à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis.

Lire aussi: Parc éolien de Taza : le financement de la 1ère phase du projet bouclé

« Il est indispensable d’impliquer la recherche scientifique et la création de l’industrie des équipements énergétiques en partenariat avec les pays en développement », a poursuivi le ministre, qui a notamment mis en avant la politique du Maroc en la matière. Il a également ajouté que le royaume mobilise un million de dollars pour la recherche scientifique dédiée aux énergies renouvelables, précisant que le Maroc abrite dans le cadre de partenariats avec des pays et compagnies internationales des centrales énergétiques telles que les panneaux éoliens et solaires. Aziz Rabbah a aussi passé en revue les efforts entrepris par le Maroc pour l’amélioration du climat d’investissement dans les énergies renouvelables, à travers la réforme de la législation et la fiscalité ainsi que la simplification des procédures administratives.

Pour rappel, l’AG de l’IRENA, qui s’est tenue du 10 au 12 janvier, a connu la participation de 1.500 personnalités de haut niveau dont des chefs de gouvernement, des ministres, des directeurs d’organisations internationales et régionales et des établissements financiers et de sociétés du secteur privé. Le Royaume a été représenté à cette réunion par une délégation conduite par le ministre Aziz Rabbah et comprenant des responsables de l’Office National de Electricité et de l’Eau Potable, de l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), de l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) et de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE).

 
Article précédent

Réforme des contrats PPP : Ce qui va changer avec la nouvelle loi

Article suivant

Trois nouvelles ONG reconnues d’utilité publique en 2019