Santé

Exercice de la médecine : le projet de loi adopté en Conseil de gouvernement

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi en visioconférence sous la présidence du chef du gouvernement Saâdeddine El Otmani, a adopté le projet de loi N°33.21 modifiant et complétant la loi 131.13 relative à l’exercice de la médecine, en précisant certaines observations soulevées à propos de ce texte.


Présenté par le ministre de la Santé, le projet de loi intervient en exécution des Hautes Orientations Royales pour la réforme du système national de santé dans sa globalité, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Saaïd Amzazi. Ce texte intervient également pour la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre 09.21 relative à la protection sociale qui vise à élargir la base des citoyens assurés, a ajouté Saaïd Amzazi, précisant qu’il est devenu nécessaire d’ouvrir de larges perspectives pour le renforcement du capital humain médical en tant que composante clé pour l’efficience du système de santé. Le projet vise ainsi la révision des conditions d’accès pour les étrangers à l’exercice de la médecine, a-t-il dit, rappelant que S.M. le Roi avait appelé à examiner la possibilité d’ouvrir le secteur de la santé, non autorisé actuellement aux étrangers, à des initiatives de qualité et à des compétences de niveau mondial.

Lire aussi | La fluidité de la décision est le problème [Par Jamal Berraoui]

Élaboré en vue de revoir les conditions juridiques strictes imposées par la loi 131.13 relative à l’exercice de la médecine par les médecins étrangers et afin d’inciter les compétences marocaines exerçant la médecine à l’étranger à retourner dans leur pays, ce projet de loi vise à modifier et à compléter l’actuel cadre juridique dans ce sens. Il s’agit de l’ouverture sur les compétences médicales étrangères et marocaines à l’étranger pour leur permettre d’exercer la médecine de manière permanente dans le Royaume, ainsi que de la levée des obstacles liés à l’exercice de la médecine de manière provisoire au Maroc pour les médecins étrangers et ceux marocains résidant à l’étranger, a conclu Saaid Amzazi.

Avec MAP

 
Article précédent

Replay. L’émission «Décryptage» du jeudi 27 mai 2021

Article suivant

La fluidité de la décision est le problème [Par Jamal Berraoui]