Immobilier professionnel

La foncière Immorente bientôt cotée à la bourse de Casablanca

La première introduction en bourse de 2017 risque bien d’inaugurer une nouvelle classe d’actifs dans la place casablancaise. En effet, Immorente, le spécialiste de l’immobilier locatif à caractère professionnel, s’apprête à devenir la 76ème société cotée à la bourse de Casablanca et la première foncière à y être listée. Aussi, le gestionnaire de cette structure créée en 2011, qui n’est autre que CFG Bank, serait en pleine finalisation de la note d’information d’une offre publique de vente portant sur plusieurs centaines de millions de dirhams.


Pour l’instant, Immorente a investi près de 200 millions de DH dans des actifs premium loués à des contreparties de haute facture (principalement des institutionnels tel Mutandis), ce qui lui génère un loyer annuel de 16 millions de DH (à fin 2015). Mais l’augmentation de capital envisagée par introduction en bourse permettrait à cette structure de diversifier davantage son patrimoine tout en améliorant substantiellement sa capacité d’endettement, lequel aujourd’hui est limité à moins de 100 millions de DH avec un ratio d’endettement assez maîtrisé (inférieur à 100%).

Pour réussir cette opération innovante, les actionnaires principaux de cette foncière que sont CFG Bank, Mutandis et AXA Assurances (lesquels contrôlent conjointement plus de 80% du capital), comptent sur l’attrait de la nouvelle loi n°70-14 qui a été adoptée en fin 2016 et a institué le statut d’OPCI (Organisme de Placement Collectif en Immobilier) avec une batterie de mesures fiscales incitatives telle l’exonération permanente d’impôts sur les bénéfices provenant de la location d’immeubles construits à usage professionnel.

Rappelons qu’avec la future IPO d’Immorente, la banque d’affaires fondée par Adil Douiri (qui est également président de Mutandis), confirme son statut de pionnier dans le marché financier marocain après avoir été derrière le lancement de plusieurs fonds innovants dont le premier OPCVM à capital garanti.

 
Article précédent

La CNSS se penche sur les TIC

Article suivant

En Marche ! Casablanca utilise son veto contre Leïla Aïchi