Interview

Hafid Griguer: « le respirateur NAFAS a été conçu par des Marocains, avec des technologies développées et enregistrées au Maroc »

L’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir vient de mettre au point un respirateur de réanimation et de soins intensifs 100% marocain. Baptisé NAFAS, ce respirateur a été présenté le 15 juin au ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy. Hafid Griguer, Directeur technique du projet au sein de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir, revient sur les détails de cette innovation. 


Challenge: Quels sont les particularités de ce respirateur de réanimation et de soins intensifs 100% marocain baptisé NAFAS ? 

Hafid Griguer : NAFAS sous-entend respiration en arabe. Nous avons choisi ce mot arabe parce que l’idée derrière la mise en place de ce respirateur de réanimation et de soins intensifs est donner un nouveau souffle à la façon avec laquelle on peut développer un respirateur au niveau mondial. Au-delà des fonctionnalités d’urgence, NAFAS est un respirateur qui est utilisé comme respirateur lourd, dans des salles de réanimation, dans les salles de sevrage, et dans les salles de soins intensifs. Il a beaucoup de caractéristiques techniques biomédicales et de fonctionnalités qui lui permettent d’être à la hauteur des exigences mondiales en termes de respirateur de réanimation et de soins intensifs. Nous l’avons présenté le 15 juin au ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy et son équipe. Nous lui avons présenté l’ensemble des fonctionnalités et aussi notre stratégie de passage d’un prototype vers l’industrialisation. Le ministre a beaucoup apprécié la qualité et les caractéristiques techniques de l’appareil et également notre projet d’industrialisation. Le ministre a d’ailleurs promis d’accompagner ce projet jusqu’au bout. 

NAFAS, le respirateur de réanimation et de soins intensifs 100% marocain

Lire aussi|Outlierz Ventures s’associe à l’Africa Netpreneur Prize Initiative de Jack Ma

Challenge: Quel a été l’apport de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir dans la mise en place de respirateur 100% marocain ? 

Hafid Griguer: L’UM6P est l’initiateur du projet. Je rappelle que dès le début de la pandémie, l’Université Mohammed VI Polytechnique n’a ménagé aucun effort pour rejoindre l’impulsion nationale pour développer des solutions contre le Covid-19, suite aux Hautes instructions de SM le Roi. L’UM6P a donné un grand coup de main au début en mettant au point rapidement un premier ventilateur d’urgence. Il fallait aller très vite, car le temps pressait et la pandémie prenait de l’ampleur dans le royaume. Nous n’avions donc pas le temps de nous étaler sur des technologies très pointues. C’était une première contribution dont nous sommes très fiers. Et par la suite, nous nous sommes dit qu’il fallait maintenant se concentrer sur de la technologie et explorer comment développer des solutions nouvelles adaptées à la situation de crise sanitaire actuelle. Il fallait tirer des leçons de la situation et aussi anticiper l’avenir. Et c’est grâce aux orientations stratégiques du management et l’implication de toutes les parties prenantes au sein de l’écosystème UM6P que nous avons pu tracer une feuille de route, avec un délai assez court. Nous nous sommes fixés un délai de 6 ou 7 semaines, avec 70 personnes, en interne. Nous avons aussi fait appel à des volontaires. Nous avons aussi eu le soutien de divers organismes tels que le CHU de Marrakech, l’Universités Abdulcasis des Sciences de la Santé à Rabat, le groupe Le Matin, la Fondation OCP, et le groupe OCP. Bien sûr, c’est l’UM6P qui a piloté le projet de bout-en-bout. 

Lire aussi|Bank Al Maghrib passe à la vitesse supérieure

Challenge: Comment va se passer la phase d’industrialisation ? 

Hafid Griguer: Il y a déjà une phase qui est essentielle qui est celle de l’essai clinique sur l’être humain. C’est une étape qui n’est pas simple à gérer. Notre prochain challenge est donc de démarrer ces essais cliniques. Toutefois, nous avons déjà passé plusieurs tests d’essais cliniques, mais sur simulateur. Et nous sommes confiants pour la suite, parce que les résultats obtenus jusque-là sont très concluants. Une fois que ces essais cliniques seront faits, nous passerons à la phase d’industrialisation. Et sur ce plan, il y a plusieurs scénarii qui se présentent à nous aujourd’hui. Parmi ces différents scénarii, il va sans dire que c’est le spin-off de l’université qui va porter le projet du point de vue industrialisation et ingénierie. Autour de ce spin-off, il va y avoir un consortium industriel où chaque industriel peut apporter sa valeur ajoutée en termes de savoir-faire sur une partie, ou un sous-produit qui peut entrer dans la conception du respirateur. Je rappelle que cet appareil a été conçu par des Marocains, avec des technologies développées et enregistrées au Maroc. 

Tribune et Débats

La tribune qui vous parle d’une actu, d’un sujet qui fait débat, les traitent et les analysent. Économistes et autres experts, patrons d’entreprises, décideurs, acteurs de la société civile, s’y prononcent et contribuent à sa grande richesse. Vous avez votre opinion, convergente ou différente. Exprimez-la et mesurez-vous ainsi à nos tribuns et débatteurs.

Envoyez vos analyses à : [email protected], en précisant votre nom, votre prénom et votre métier.

 
Article précédent

Suivez le LIVE de l'émission Décryptage de radio MFM

Article suivant

Freterium, la start-up qui veut digitaliser le transport routier de marchandises