Patrimoine

La Fondation Mohammed VI célèbre la première Journée Internationale de l’Arganier

L’Organisation des Nations unies a proclamé le 03 mars dernier la date du 10 mai en tant que Journée Internationale de l’Arganier, reconnaissant fortement ainsi le rôle environnemental, social et économique de notre ressource endémique nationale.


La Fondation Mohammed VI pour la Recherche et la Sauvegarde de l’Arganier (FMVI.RSA) célèbre la première Journée Internationale de l’Arganier le 10 mai 2021 en organisant un event sous forme de webinaires autour d’une analyse multisectorielle de l’écosystème arganier. Cette célébration fait suite à l’adoption de l’assemblée générale des Nations unies, le 3 mars dernier, de la résolution qui proclame le 10 mai de chaque année comme Journée internationale de l’Arganier. Cette résolution onusienne, adoptée à l’initiative du Maroc, a été largement co-sponsorisée par les 113 États membres de l’ONU.

Lire aussi | Coronavirus : un guide immobilier pour mesurer l’impact de la pandémie

L’event de la FMVI.RSA connaîtra la participation de André Azoulay, conseiller de S.M. le Roi et président de la Fondation, Sylvia Lopez-Ekra, coordonnatrice résidente du Système des Nations unies au Maroc, Abderrahim Houmy, secrétaire général du département des Eaux et Forêts au ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts et Adil El Maliki, gouverneur de la Province d’Essaouira. Un  bilan d’étape de la FMVI.RSA (09 mai 2004-09 mai 2021) sera présenté, introduisant trois thématiques de discussion à travers l’intervention d’experts nationaux et internationaux. Ainsi, le panel 1 abordera le développement de l’arganeraie : modèle de solidarité et de résilience des femmes arganières, le panel 2 concernera le rôle des accords internationaux et stratégies nationales dans la sauvegarde de l’écosystème Arganier, tandis que le panel 3 jettera la lumière sur le processus allant de la recherche scientifique à la production commerciale : création, protection et distribution de valeur dans la filière de l’argan.

Lire aussi | Loi de finances 2021 : la DGI répond aux questions de la CGEM

Pour rappel, l’arganier est un arbre endémique du Maroc, patrimoine culturel immatériel de l’humanité et source ancestrale de développement durable. La résolution onusienne reconnaît la contribution colossale du secteur de l’arganier dans la mise en œuvre des 17 objectifs de l’agenda 2030 et la réalisation du développement durable dans ses trois dimensions : économique, sociale et environnementale. Elle a, également, mis en valeur les nombreux usages de l’huile d’argan, en particulier, dans la médecine traditionnelle, complémentaire et dans les industries culinaires et cosmétiques. L’autonomisation financière et l’émancipation de la femme dans le milieu rural, est l’un des piliers du texte de cette résolution.

 
Article précédent

Coronavirus : un guide immobilier pour mesurer l’impact de la pandémie

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du mardi 4 mai 2021