Energie

Le Maroc bloque l’accord sur l’hydrogène vert avec l’Allemagne

Les tensions entre Berlin et Rabat ont récemment mis un frein temporaire au projet de neutralité énergétique de l’Allemagne. Ce projet énergétique vit quelques turbulences depuis que les tensions entre les deux pays ont connu un tournant significatif les derniers mois.


Avec le soutien émergent de la communauté internationale, notamment après la déclaration de Donald Trump sur la question du Sahara, le Maroc s’affirme de plus en plus dans son rejet ferme de toute ingérence étrangère dans cette affaire. L’Allemagne en a aussi payé les frais à l’image de l’Espagne. Le Maroc a également fait part de sa volonté de reconsidérer définitivement l’accord, ce qui pourrait nuire considérablement aux ambitions de neutralité énergétique de l’Allemagne.

Pour rappel, en juin 2020, après que le gouvernement allemand a présenté sa stratégie nationale pour l’hydrogène, le Maroc a été le premier pays à signer un projet conjoint de développement de l’hydrogène vert. Le plan prévoyait que le Maroc s’associe au ministère allemand de la Coopération économique et du Développement pour diriger des projets conjoints de recherche et d’investissement dans l’utilisation de l’hydrogène, qui fait partie intégrante des objectifs de neutralité énergétique de l’Allemagne.

Lire aussi | Le conflit espagnol avec le Maroc accélère l’arrivée des travailleurs saisonniers du Honduras en Espagne

Le partenariat germano-marocain dans le domaine de l’hydrogène « reste d’un intérêt mutuel du point de vue du gouvernement fédéral [allemand], mais est mis à l’épreuve en raison des développements actuels », selon El Mundo qui cite la réponse du ministère allemand des Affaires étrangères à une question parlementaire : « Si la situation actuelle se poursuit, le gouvernement allemand considère que des conséquences négatives pour la création d’entreprises et l’attractivité du marché ne peuvent être exclues ».

Le Maroc ne recevra les fonds promis que s’il « remplit ses obligations contractuelles », selon le ministère allemand des Affaires étrangères. La Banque allemande de développement (KfW), principal partenaire pour la structuration des prêts entre les deux pays dans cette entreprise, a déclaré au journal espagnol que tous les projets entre les deux pays ont été temporairement suspendus. 

Lire aussi | Transferts MRE : une hausse de 41,5%

Ni le ministère allemand des Affaires étrangères, ni la KfW ne sont en mesure de donner un calendrier précis pour la reprise des relations économiques, ce qui met en péril l’investissement de 2 milliards d’euros (21,6 milliards de DH) de l’Allemagne dans son plan de neutralité énergétique. Selon la Fondation Heinrich Boll, une organisation politique verte qui possède un siège à Rabat : « le Maroc est incontestablement un précurseur de la politique climatique et énergétique en Afrique, mais aussi dans le reste du monde » et il serait donc important de dépasser ces tensions. La situation actuelle nuit aux deux parties.

 
Article précédent

Espagne : la crise avec le Maroc accélère l'arrivée des travailleurs saisonniers du Honduras

Article suivant

Crédit à la consommation : un rebond porté par la reprise des achats de voitures neuves