Economie

Transferts MRE : une hausse de 41,5%!

Au 1er trimestre 2021, les « transferts MRE » ont atteint 20,9 MMDH, contre 14,73 MMDH, au 1er trimestre 2020, au début de la crise sanitaire. La hausse a dépassé les 40%. Beaucoup s’interrogent sur les facteurs de cette « performance ».


Tout d’abord, cette « performance s’explique par la solidarité des Marocains Résidant à l’Etranger (MRE) avec leurs familles dans les pays d’origine. Même s’ils n’échappent pas eux-mêmes à la crise, le sens de la famille au sens large est encore psycho-sociologiquement fort chez les MRE. Par ailleurs, très souvent, les parents âgés des MRE ne disposent pas de retraite ou autres revenus leur permettant de faire face aux besoins vitaux. D’ailleurs, et de manière générale, il ne faut pas oublier, qu’en l’absence d’une solidarité institutionnelle généralisée, avec des filets sociaux en place, c’est la solidarité familiale qui demeure le principal facteur de « résilience » au choc de la crise sanitaire.

Lire aussi| L’Espagne est le meilleur allié du Maroc dans l’UE, selon le ministre de l’Intérieur espagnol

Très souvent, les MRE constituent l’unique source de revenus de leurs parents âgés, voire de leurs frères et sœurs sans emploi ni revenu. Ils sentent leur « dignité familiale » menacée. Ils se sentiront éternellement coupables en voyant leurs parents ou proches résignés à tendre la main à des « inconnus ». Alors, autant se sacrifier. Mais, en plus, la situation actuelle est exceptionnelle. L’ambiance de peur générée par le Covid, a certainement accentué ce sacrifice. Par ailleurs, comme 2ème élément explicatif, lié au précédent, et qui a aussi son importance spécifique : les restrictions de voyage. En effet, auparavant, une bonne partie des transferts financiers des MRE, parvenaient directement à travers proches et amis, ou tout simplement lorsque les MRE rendaient visite à leurs parents. Les « flux financiers directs » que certains qualifient de « flux financiers informels », ont été historiquement le premier mode de transfert des MRE à leurs familles.

Lire aussi| Tourisme : la France dit niet aux personnes ayant reçu des vaccins chinois et russes

Le 3ème argument, exceptionnel, a trait à l’information qui a circulé, relative à l’échange de données bancaires, au niveau international, suite à l’accord multilatéral signé entre le Royaume du Maroc et l’OCDE, et qui devrait entrer en vigueur à compter du mois de septembre 2021. Les « opérations d’assainissement » et radiations/soldes de comptes bancaires non déclarés ont dû certainement se traduire dans les deux sens, par des rapatriements. Cela concerne surtout les anciens MRE retournés dans leur pays d’origine, ou tout simplement des MRE détenant des comptes bancaires non déclarés. Sans oublier les exportateurs qui, parfois, ne déclarent pas tous leurs comptes à l’étranger. Les flux correspondant à ces « opérations d’auto-régularisation » sont comptabilisés par l’Office de Change comme étant des transferts de devises.  

 
Article précédent

Tourisme : la France dit niet aux personnes ayant reçu des vaccins chinois et russes

Article suivant

Brahim Ghali autorisé à quitter l'Espagne, la justice refuse le retrait du passeport