Industrie

Le spécialiste chinois du phytosanitaire Rainbow s’implante au Maroc

Le groupe chinois Rainbow, prend pied au Maroc. Ce fabricant et distributeur de produits phytosanitaires et produits chimiques pour nutrition animale et aquaculture, vient de créer une filiale basée à Casablanca.


Dénommée Rainbow Agrosciences, cette nouvelle filiale vient étoffer la présence africaine de ce géant qui vient de fêter ses 20 ans d’existence et laquelle s’étend déjà sur une douzaine de pays (Ghana, Algérie, Angola, Egypte, Nigéria, Kenya…). Outre le marché des produits phytosanitaires classiques (fongicides et herbicides), le groupe Rainbow est particulièrement intéressé par la demande au Maroc des régulateurs de croissance végétale (molécules qui influencent le développement des plantes). Le marché marocain de l’aquaculture  appelé à connaitre un véritable boom lors de l’actuelle décennie (après une léthargie de plusieurs décennies), se trouve également dans le collimateur de Rainbow Agrosciences, qui a élu domicile en plein cœur de Casablanca.

Lire aussi | Fatima Zahra Fouad : « Le champ de la recherche sur les phosphates est vaste et varié »

Rappelons que le groupe Rainbow est présent dans une soixantaine de pays où il emploie plus de 2.000 salariés, dont une partie en Chine où il dispose de ses quatre usines de production et son centre de Recherche & Développement. En 2019, ce groupe a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de près de 900 millions de dollars (plus de 8,5 milliards de dirhams). Quant au marché marocain des produits phytosanitaires, il est estimé à 1,5 milliard de dirhams, soit l’équivalent de 17 500 tonnes dont 20% sont consommés par les seules surfaces céréalières. Une culture dont le taux de pénétration en produits agrochimiques ne dépasse pas le taux de 50% (au même titre que d’autres cultures d’ailleurs). D’où une marge de progression encore non négligeable. Actuellement, les autorités marocaines planchent sur un nouveau cadre de régulation de ce secteur, avec un projet de loi sur les phytopharmaceutiques en cours de promulgation depuis plusieurs mois déjà et qui remplacera la loi 42/95 devenue obsolète, selon les professionnels du secteur. 

Lire aussi | Inscrire les énergies renouvelables dans une stratégie de flexibilité en fera le moteur économique du Maroc et du continent [Tribune]

 
Article précédent

Relance économique: un plan de substitution de 34 milliards de DH d'importations par la production locale

Article suivant

Investissements publics : une enveloppe globale de 230 milliards de DH en 2021