Maritime

Les notables de la région de Dakhla à l’affût de l’or bleu de l’aquaculture

La région de Dakhla confirme son nouveau statut de Mecque de l’aquaculture au Maroc. En effet, depuis 2019, les projets de nouvelles fermes aquacoles se multiplient au niveau du tracé de l’or bleu que représente le littoral long de 225 km et situé entre le nord de la baie de Dakhla et le sud de la baie de Cintra. Aussi, un des derniers projets sur les starting blocks est celui de Bir Anzarane Huîtres.


Porté par les familles Dlimi et Ettanji, deux familles de notables de la région présidée par l’istiqlalien Yanja Khattat, ce projet est en phase finale d’autorisation réglementaire à délivrer par les autorités régionales. Doté d’une enveloppe d’investissement initial de 30 millions de millions de DH, Bir Anzarane Huîtres vise à atteindre à moyen terme une production ostréicole de plusieurs dizaines de tonnes par an qui sera principalement orientée à l’export.

Lire aussi | Guinée : Managem en passe de démarrer la production d’or

Il est à rappeler que la production nationale aquacole, pour l’instant limitée à moins de 1.000 tonnes par an (essentiellement des huîtres) est à plus de 90% destinée à l’export. Depuis 2019, le Maroc fait un énorme effort pour mieux exploiter son potentiel considérable en aquaculture. Rien que dans le tracé de l’or bleu susmentionné, le plan d’aménagement aquacole de la région de Dakhla Oued Addahab, l’Agence nationale pour le développement de l’aquaculture (ANDA) prévoit l’exploitation de 2.400 ha pour produire 78.000 tonnes de produits aquacoles spécialisés essentiellement dans la culture de coquillages et d’algues marines.

Lire aussi | Une nouvelle unité de produits phytosanitaires à Meknès

A fin février 2021, les chiffres de l’ANDA font ressortir un total de plus de 70 projets en cours de réalisation près de Dakhla pour un investissement global de 800 millions de dirhams d’investissement et un potentiel de création de 2.500 emplois. Outre Dakhla, l’autre région marocaine qui abrite un nombre croissant de projets en aquaculture n’est autre que celle d’El Jadida. Mais les autorités marocaines cherchent à diversifier les pôles dédiés à la production animale ou végétale en milieu aquatique.

 
Article précédent

Ouvrir des perspectives [Par Jamal Berraoui]

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission «Décryptage» de radio MFM