Immobilier

Logement social : nouvelle convention entre Al Omrane et l’IRESEN

Aujourd’hui sera signée au siège de Al Omrane une convention qui le lie avec l’IRESEN. Elle porte sur le développement de logement social, durable et abordable, à haute efficacité énergétique.


Cette convention s’inscrit dans le cadre du partenariat institutionnel conclu entre les deux établissements dans le domaine de l’amélioration des procédés et la promotion de l’innovation en matière de matériaux de construction et d’aménagement. En signant cette convention spécifique avec l’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN), « Le Groupe Al Omrane concrétise son engagement en faveur du développement durable et réaffirme l’intérêt qu’il accorde à l’innovation et à la recherche développement », précise dans ce sens l’acteur immobilier.

Lire aussi |Résultats financiers: Al Omrane maintient une bonne dynamique en 2019

Concrètement, à travers cette convention signée par Badre Kanouni et Badre Ikken, respectivement président du Directoire du Groupe Al Omrane et directeur général de l’IRESEN, les deux établissements prévoient l’étude et la réalisation d’un nouveau concept de logement social durable et abordable, à haute efficacité énergétique pour quatre régions climatiques.

Ce concept sera en effet mis en œuvre à échelle réelle à travers 4 projets pilotes dans les régions prioritaires (Souss-Massa – Meknès-Fès – L’Oriental – Tanger-Tétouan-Al Hoceima ou d’autres en fonction de l’opportunité et du besoin définis par Al Omrane). L’IRESEN concevra et accompagnera pour sa part le Groupe dans l’implémentation de ces projets pilotes.

Lire aussi | La confiance des ménages atteint son niveau le plus bas depuis 2008 (HCP)

Ainsi en mettant en œuvre de véritables programmes de recherche appliquée, l’IRESEN, via son laboratoire de recherche Green Energy Park, et l’Académie Al Omrane associent leurs efforts et mobilisent leurs moyens financiers et compétences humaines pour développer la recherche et développement dans les thématiques des matériaux de construction durable, les techniques d’aménagement, de conception/construction et l’amélioration du concept des bâtiments à haute efficacité énergétique, en y associant des startups actives dans ce domaine.

À noter que la dépendance énergétique nationale marocaine dépasse un taux de 93% et que la stratégie marocaine pour l’efficacité énergétique vise à réduire de 20% la consommation énergétique nationale à l’horizon 2030. Étant donné que le secteur du bâtiment est le plus grand consommateur d’énergie primaire (36% de l’énergie totale consommée, dont 29% pour le résidentiel et 7% pour le tertiaire), les matériaux de construction, l’analyse de cycle de vie, ainsi que les nouvelles techniques de conception/construction sont désormais la cible à viser pour espérer arriver aux objectifs souhaités.

 
Article précédent

Fonds Covid-19/déductibilité fiscale : une polémique qui n’a pas lieu d’être

Article suivant

Koudama Zeroual, nouveau Directeur exécutif en charge du Pôle Assurances Non Vie des Particuliers de Wafa Assurance