Pandémie

Moncef Slaoui démissionne

Le conseiller en chef pour l’opération Warp Speed a démissionné mais sera à la disposition du nouveau gouvernement de Joe Biden en tant que consultant pendant environ quatre semaines, a déclaré un responsable de la transition du nouveau président des États-Unis à Reuters mardi en fin de journée. Moncef Slaoui a, en effet, démissionné à la demande de la nouvelle équipe de développement d’un vaccin contre le coronavirus de Joe Biden.


Pour rappel, Moncef Slaoui est un ancien cadre de GlaxoSmithKline qui avait également siégé au conseil d’administration de Moderna Inc. Il a été nommé au printemps dernier pour diriger les efforts du gouvernement visant à développer un vaccin anti-Covid-19 selon un calendrier accéléré. Selon Politico, média politique américain basé à Washington, Moncef Slaoui avait déclaré qu’il prévoyait de se retirer au début de l’année, mais la semaine dernière il a déclaré qu’il « avait décidé de prolonger cette période afin de s’assurer que l’opération continue de fonctionner et de réussir jusqu’à la transition de l’administration ».

Lire aussi | Le vaccin AstraZeneca-Oxford arrive enfin au Maroc !

Il n’est pas clair qui prendra le relais de la direction scientifique de l’équipe Biden axée sur les vaccins anti-Covid-19 ou si quelqu’un sera nommé à ce poste. Actuellement, deux vaccins sont déjà autorisés aux États-Unis et trois autres sont en phase finale d’essais cliniques. Jeff Zients est le coordinateur de l’équipe Biden pour la réponse au vaccin Covid-19, tandis que Bechara Choucair sera le coordinateur du vaccin Covid-19 qui se concentrera sur l’accélération de la livraison du vaccin. Bien que le déploiement initial des vaccins ait été critiqué, la rapidité de leur développement, que Moncef Slaoui a supervisé, a dépassé les attentes : deux vaccins ont été autorisés aux États-Unis avec une efficacité de 95% dans la prévention des maladies, de Pfizer et Moderna. Il s’agit notamment du développement de vaccin le plus rapide de l’histoire.

Lire aussi | Coronavirus : les mesures de précaution prolongées d’une semaine

Il est à noter que Moncef Slaoui avait été critiqué lorsqu’il a accepté le poste pour ses liens avec l’industrie pharmaceutique. Il a ainsi démissionné du conseil d’administration de Moderna à peu près au moment où sa nomination a été annoncée. Il avait également vendu ses parts dans la société et avait déclaré avoir fait don de leur plus-value pendant les quelques jours où il les a détenues alors qu’il était à la tête de l’opération Warp Speed. Il a cependant refusé de vendre ses parts dans GlaxoSmithKline où il a passé 30 ans et où il a supervisé le développement de vaccins, appelant ces actions sa retraite.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 1266 nouveaux cas, 455.055 au total, mercredi 13 janvier 2021 à 18 heures

Article suivant

Relance : l’ONMT reprend sa tournée régionale