Business

Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques

Le secteur de la distribution du matériel informatique et électronique est de nouveau ébranlé par une énième « affaire ». En effet, après la débandade du distributeur Microchoix qui avait laissé une ardoise de plusieurs dizaines de millions de dirhams aux grossistes du métier, c’est au tour d’un autre poids lourd de la distribution de sombrer et d’assombrir avec lui l’horizon de plusieurs de ses fournisseurs.


Il s’agit cette fois-ci de PC d’Or qui opère pour sa part en tant que semi-grossiste ayant pour clients les petits distributeurs, notamment régionaux, qui ne traitent pas directement avec les importateurs tels Disway et Disty ni avec les constructeurs tels Samsung et LG.  Aussi, cet acteur basé à Témara (autre point en commun avec Microchoix) est aux prises depuis quelques mois avec plusieurs ventes aux enchères à son détriment ordonnées par le tribunal de commerce de Rabat suite à des actions en justice entamées par une kyrielle de fournisseurs qui risquent d’y laisser de grosses plumes. Motif des plaignants : des impayés totalisant en cumulé plus de 60 millions de dirhams et pour certaines correspondant à des factures remontant à début 2019.

Lire aussi | RAM s’allie avec Air France pour les départs à partir du Maroc

Aussi, après la fuite de l’actionnaire dirigeant à l’étranger (là aussi à l’image du feuilleton quasi-similaire de Microchoix !) qui a laissé une entreprise exsangue d’un point de vue financier, c’est la course chez les créanciers pour mettre la main sur le stock de matériel encore vendable chez leur client moribond.Une situation des plus déplorables pour une PME qui a atteint plus de 300 millions de dirhams de chiffre d’affaires, employait plus d’une cinquantaine de salariés et qui comptait plusieurs centaines de clients répartis dans différentes régions du Maroc. Pour l’instant, on ne connait pas encore l’ampleur des dégâts mais selon une source proche du dossier, l’affaire n’a pas encore livré tous ses secrets et la « casse » risque d’être beaucoup plus importante…en attendant une éventuelle décision de redressement judiciaire ou carrément de liquidation.

Lire aussi | Mehdi El Fakir : « Si on se retrouve en septembre avec ces restrictions, l’impact sur l’économie marocaine sera conséquent »

 
Article précédent

Médecine : de nouveaux critères pour entrer en facultés

Article suivant

Suivez le LIVE de l’émission « Al Moukawil » de MFM Radio