Energie

Partenariat de raison entre la marocaine SINTRAM et le norvégien SN Power

La Société Internationale des Travaux Maroc (SINTRAM) s’associe au géant norvégien SN Power. Dans le cadre de son ambition de devenir un énergéticien indépendant, le groupe présidé par El Mouloudi Benhamane (par ailleurs président de la Fédération Nationale du BTP), compte s’appuyer sur l’expertise du groupe public norvégien spécialisé dans l’hydroélectricité afin d’exploiter les deux concessions hydroélectriques qu’il avait obtenues en Guinée en fin 2016.


Pour l’instant, rien ne filtre sur le contour de ce partenariat de raison entre deux acteurs complémentaires, mais les deux vont s’associer dans une structure qui devra exploiter les concessions hydroélectriques adossées aux deux micro-barrages à Kogbèdou et à Frankonédou dans la région de la Haute-Guinée et que SINTRAM est en train d’en finaliser la construction.

Lire aussi | Nexans : nouvelle usine à Nouaceur

Il faut dire qu’au vu du manque d’expérience de SINTRAM (pour ne pas dire sa méconnaissance totale) du métier d’énergéticien, un tel partenariat était indispensable pour profiter de la longue expertise de SN Power qui se renforce de plus en plus en Afrique, après avoir racheté en 2018 l’ensemble des participations de SG Bujagali Holdings Limited dans la centrale hydroélectrique de Bujagali à l’Est de l’Ouganda. Mais la partie n’est pas encore gagnée, car SINTRAM devra livrer les deux barrages en question sachant que le calendrier initial (ayant pour durée prévisionnelle 36 mois) n’est déjà pas respecté. Ensuite, l’exploitant des concessions des deux centrales hydroélectriques d’une capacité théorique de 110 mégawatts doit mobiliser les financements adéquats pour les équipements hydroélectriques, en ayant la confiance des bailleurs de fonds.

Lire aussi | Stratégie : Kia Maroc dévoile ses nouvelles ambitions pour 2021

Rappelons que SINTRAM opère sur tous les segments des travaux publics depuis une trentaine d’années (barrages, routes, ponts, ports, aménagements urbains…). Le groupe contrôlé par la famille Benhamane a été parmi les premiers acteurs marocains de BTP à déployer leurs ailes en Afrique avec une forte présence en Côte d’Ivoire, Sénégal, Mauritanie et Guinée Conakry bien sûr. Avec un chiffre d’affaires consolidé de plus de 1,5 milliard de DH, le groupe fait partie du Top 5 du secteur marocain de BTP, derrière notamment le trio de tête TGCC, SGTM et STAM/Vias.

 
Article précédent

Évolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4​62.​542​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures

Article suivant

Commerce et industrie : Renault Maroc consolide son leadership