Export

PLF 2020 : Benchaâboun rassure les exportateurs

Les exportateurs, réunis au sein de l’Asmex, ont tenu une rencontre le 8 novembre à Casablanca avec le ministre des Finances au sujet du Projet de loi de Finances 2020. Mohamed Benchaâboun a saisi l’occasion pour les rassurer sur plusieurs points.


« Le gouvernement est disposé à faire tout ce que vous voulez ». C’est le message principal de Mohamed Benchaâboun à l’endroit des exportateurs. En compagnie du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration a, en effet, a rencontré les membres de l’Asmex (Association marocaine des exportateurs) le 8 novembre pour les rassurer sur les différentes mesures prises dans le cadre du Projet de loi de Finances 2020.  

« Nous avons pris tout un ensemble de dispositions pour rétablir la confiance entre les opérateurs et le pouvoir public », a-t-il souligné. « Il y a des réformes qui sont en train d’être menées, et la marche est irréversible », a-t-il ajouté. Mohamed Benchaâboun a appelé les exportateurs à travailler ensemble, la main dans la main, pour « voir ce qu’il y a à faire pour que les entreprises marocaines puissent exporter davantage ». Il a notamment rassuré les opérateurs sur les nouvelles mesures concernant les zones franches, qui deviennent désormais des zones d’accélération industrielle.

Lire aussi : PLF 2020 : Mohamed Benchaâboun met les points sur les i

« Pour les zones franches, il faut savoir que toutes les sociétés déjà installées opèreront toujours dans le cadre du régime actuel. Nous n’avons rien changé pour elles. C’est-à-dire un taux de 8,75% pour la partie export et le taux normal en ce qui concerne les activités au niveau local. Et ces entreprises vont maintenir ce régime jusqu’à la fin des 20 années prévues par les textes en vigueur. Ce n’est qu’après cela qu’elles rentreront dans le régime des 15% unifiés. Pour celles qui vont s’installer dans ces zones en 2020, elles continueront à bénéficier du même régime. Les entreprises qui vont s’installer à partir du 1er janvier 2021 vont toutefois bénéficier des 5 années d’exonération », a-t-il détaillé.

En ce qui concerne les mesures d’encouragement au profit des PME exportatrices, Mohamed Benchaâboun a également détaillé les différentes dispositions qui seront mises en place pour compléter les divers mécanismes qui existent déjà.

Pour sa part, le ministre Moulay Hafid Elalamy a abondé dans le même sens que son homologue des  Finances. « Les exportateurs sont des vecteurs importants de l’économie marocaine. Nous sommes à votre écoute pour accélérer la cadence et favoriser la croissance », a-t-il soutenu. Il a aussi détaillé les efforts de son ministère visant à accompagner les exportateurs. Pour lui, c’est parce que le Maroc est devenu compétitif, mais a encore du pain sur la planche pour aller plus loin.

« L’Etat est disposé à faire des efforts colossaux de façon à ce que l’économie marocaine fasse un saut qualitatif en avant », a-t-il, lui aussi, assuré. Soulignons que cette rencontre de travail a permis aux adhérents de mieux comprendre plusieurs points relatifs aux mesures du PLF 2020. D’ailleurs, Hassan Sentissi El Idrissi, président de l’Asmex, a annoncé à l’issue de la rencontre, que l’association a décidé de transformer le Comité de crise, qui avait été créé il y a quelques semaines pour le PLF 2020, en « Comité d’Action pour l’Export ». De même, le ministre des Finances et l’Asmex se sont mis d’accord pour tenir chaque année, en amont du PLF, une réunion de concertation.

Challengenews
Le meilleur de Challenge sélectionné par la rédaction :
 

Article précédent

Ivanka Trump salue le processus de réformes en matière de droits des femmes

Article suivant

Vidéo. Qui est Salmane Belayachi, nouveau DG du CRI Casablanca-Settat ?