Interview

Professeur Hassan Chelly : « La téléconsultation a été largement encouragée par les patients pour faire respecter le confinement »

Les services de téléconsultation médicale ont connu un essor sans précédent pendant la période de confinement au Royaume, en particulier en milieu urbain. Cette technique pourrait constituer à l’avenir une alternative sérieuse pour les professionnels de santé. Le Professeur Hassan Chelly, président de la Commission de Télémédecine du Conseil Régional de l’Ordre des Médecins de Casablanca-Settat, nous en parle.


Challenge : Face à la forte pression sur les hôpitaux, les Marocains recourent-ils à la téléconsultation ?

Pr.Hassan Chelly : Depuis l’arrivée de la pandémie Covid-19 et l’annonce du confinement, le recours à la téléconsultation (un des 5 volets de le télémédecine) a été largement encouragé par les patients pour faire respecter le confinement. D’ailleurs, à cet effet, le Conseil National de l’Ordre des Médecins a mis en place un portail de “Téléconseil“ (tbib24.ma) qui a connu un grand succès aussi bien de la part des nombreux médecins volontaires toutes spécialités confondues qui s’y sont spontanément inscrits que de la part des patients qui ont sauté sur cette aubaine qu’ils attendaient tant.

En pratique, et en conformité avec la loi promulguée en vigueur, le patient sollicite un RDV de téléconsultation avec un praticien inscrit sur une plateforme autorisée. Le praticien accepte alors la demande et fournit l’horaire exacte. Le patient se connecte à l’heure dite et interagit avec le praticien par les moyens de l’information et de la communication (connexion audio et vidéo fournie par la plateforme). La consultation débouche sur des conseils et des orientations diagnostiques.

Lire aussi|Santé publique : augmentation de la capacité clinique de 2260 lits en 2021

Challenge : Est-ce qu’il y a des praticiens spécialisés dans la télémédecine ?

Pr. H.C : La télémédecine n’est pas une spécialité. C’est un moyen de pratiquer la médecine qui est adapté à l’ère du numérique. Le médecin voulant exercer ce type d’activité doit soumette une demande au ministère de la Santé et en attendre l’aval. La pratique de cet exercice est encadrée par une procédure.

Lire aussi| Cité Mohammed VI Tanger Tech : une nouvelle étape est franchie

Challenge : Quelle pourrait être la contribution de la télémédecine en cette période de pandémie ?

Pr. H.C : Le confinement a été appliqué pour lutter contre la propagation de la pandémie. Ainsi, pour éviter le déplacement des patients vers les praticiens, il a été judicieux de se tourner vers la télémédecine qui a permis de soigner à distance en évitant aux patients de se déconfiner pour le faire.

 
Article précédent

Santé publique : augmentation de la capacité clinique de 2260 lits en 2021

Article suivant

PLF 2021 : les agriculteurs fulminent