Grande distribution

Retail : les opérateurs se frottent les mains

Le mois sacré de ramadan est une période où la consommation des ménages prend une toute autre ampleur. Du pain béni pour les opérateurs de la grande distribution qui s’en frottent les mains. Car, l’enjeu est très important. En effet, le mois sacré pèse de tout son poids sur le business des grandes surfaces (Marjane, Carrefour, Aswak Assalam, etc.). Chez certaines enseignes, c’est entre 20% et 25% du chiffre d’affaires annuel qui est réalisé pendant ce mois. Tous les moyens sont donc bons pour séduire la clientèle. « Les magasins du groupe Label ’vie connaissent une forte affluence pendant le ramadan. Durant cette période, le nombre de clients bat tous ses records et le chiffre d’affaires dépasse de 20% en moyenne celui réalisé durant les autres mois de l’année », assure Chrystèle Ronceray, directeur général adjoint Pôle Marketing du groupe Label’Vie qui détient les hypermarchés Atacadao, Carrefour, et les supermarchés Carrefour Market. Et pour réussir à attirer le maximum de clients, le groupe met en place une organisation spéciale en interne. « Pour permettre à nos clients de faire leurs courses dans les meilleures conditions durant cette période, nous entamons le plan de préparation plusieurs mois auparavant. Ce plan s’articule essentiellement autour de trois axes : garantir la disponibilité de l’offre, garantir les prix les plus bas et adapter la logistique de nos magasins», explique Chrystèle Ronceray. Dans les détails, certaines catégories de produits comme l’huile, le sucre, les œufs, la farine ou le lait (faisant l’objet d’une grande consommation durant le mois sacré) sont mises en avant au détriment d’autres catégories de produits. Et pour éviter les ruptures de stock sur ces produits, plusieurs dispositions sont prises. « Pour pallier ce risque, nous assurons la disponibilité de l’offre à travers plusieurs moyens variant selon la nature de chaque produit. Pour le sucre, l’huile, la farine et le lait UHT, les quantités livrées de la part des industriels sont stockées au niveau de notre entrepôt à Skhirat avant le début du ramadan. Ceci nous permet de contrôler les délais de livraison magasin et réagir en toute efficacité en cas de rupture dans l’un des points de vente », détaille le DGA du groupe Label’Vie.


Chez Aswak Assalam, appartenant au groupe Chaâbi (Ynna Holding), c’est pratiquement les mêmes préparatifs également. « Les préparatifs pour le mois de ramadan ont démarré il y a plusieurs semaines afin de proposer à nos clients une offre alimentaire large et abondante pour couvrir leurs besoins. Nous avons également veillé à assurer la disponibilité des produits et à garantir des prix très compétitifs et les meilleures promotions du marché pour satisfaire tous les budgets », souligne aussi Abdelkrim Tassine, directeur général d’Aswak Assalam. Les incontournables pendant le mois sacré chez Aswak Assalam sont notamment le miel, les dattes, le lait, les jus de fruits, les produits frais, l’épicerie ou encore la boucherie. La filiale d’Ynna Holding voit aussi la consommation des produits de boulangerie et de pâtisserie se multiplier par 4 pendant le ramadan. Tout est donc mis en œuvre pour éviter toute rupture de stock. « Pour Aswak Assalam, le mois de ramadan est une période de pic des ventes qui connaît une progression à deux chiffres du chiffre d’affaires par rapport aux autres mois de l’année. La fréquentation de nos magasins augmente de 20% et le caddie moyen croît de 16%. Les achats alimentaires, pesant le plus fortement dans le budget des ménages, connaissent une croissance de plus de 45% », précise Abdelkrim Tassine pour montrer l’enjeu que représente le mois sacré sur le business de l’enseigne. Marjane Holding, le leader de la distribution au Maroc avec plus de 50% de parts de marché dans l’alimentaire à travers les hypermarchés Marjane et les supermarchés Acima, ne ménage aucun effort pour drainer une forte affluence vers ses magasins pendant le ramadan. Selon le top management, le mois sacré, avec l’Aïd Al Adha représentent 20% à 22% du chiffre d’affaires annuel de la holding. Ainsi, pour gagner le challenge, des négociations sont engagées plusieurs mois à l’avance avec les fournisseurs en vue de garantir la disponibilité des produits de grande consommation comme, l’huile, le miel, la farine, les produits de pâtisserie et aussi les produits non alimentaires. Pour la plupart des opérateurs de la grande distribution, une bagarre est également engagée sur le prix, car ramadan rime aussi avec promotion, et donc le client risque d’aller chez celui qui lui propose un prix très compétitif. « Nous avons développé en 2016 le concept de Garantie prix le plus bas de Carrefour. Ce pacte garantit ainsi les prix les plus bas du marché sur plus de 300 produits et promet de rembourser deux fois la différence au client au cas où il trouve moins cher ailleurs. Et, en cette période de Ramadan, ce concept s’adapte en garantissant les meilleurs prix sur plusieurs produits ramadanesques », conclut Chrystèle Ronceray.

 
Article précédent

Les prestataires français lorgnent le marché digital marocain

Article suivant

Noor Midelt : les 5 pré-qualifiés connus