International

Shalev Hulio, CEO de NSO Group : «Le Roi du Maroc et le président français n’ont jamais été une cible de Pegasus»

Le patron de NSO Group a accordé à israelhayom.com une longue interview dans laquelle il revient sur l’affaire Pegasus.


Israel Hayom : Si votre système n’a pas été utilisé à des fins malveillantes, comme vous le prétendez, pourquoi ne pas tout ouvrir et montrer à tout le monde que tout va bien ?

Shalev Hulio : Parce qu’il y a des problèmes de confidentialité, de sécurité nationale et d’accords commerciaux avec les pays avec lesquels nous travaillons, et je ne peux pas sortir et dire : « Voici ce que nous avons fait et voici ce que nous n’avons pas fait ». Mais si une entité gouvernementale me contacte, de n’importe quel pays, je suis prêt à collaborer.

Pegasus est considéré comme le programme le plus avancé au monde lorsqu’il s’agit de cracker des téléphones portables. Il permet à l’utilisateur de retirer toutes les données de l’appareil, y compris les messages, même cryptés, et les photos, sans laisser de traces. Il permet également à l’utilisateur du programme d’activer à distance la caméra et le microphone de l’appareil compromis.

Lire aussi | USA. Le secrétaire d’État adjoint par intérim aux Affaires du Proche-Orient en visite au Maroc

L’enquête publiée cette semaine s’est basée sur une liste divulguée de 50.000 numéros de téléphone portable que divers gouvernements auraient demandé de déchiffrer à l’aide du programme de NSO. Un tiers m’a contacté, quelqu’un avec qui nous travaillons qui n’est pas impliqué dans l’affaire et m’a dit : « Écoutez, ils ont pénétré vos serveurs à Chypre et la liste complète des cibles NSO a été divulguée ».

J’ai commencé à stresser, mais au bout d’un moment je me suis calmé, à la fois parce que nous n’avons pas de serveurs à Chypre et aussi parce que nous n’avons pas de liste de « cibles ». Ça ne marche pas comme ça : chaque client est un client unique. Nous n’avons pas de lieu central où sont collectées toutes les cibles des clients.

Israel Hayom : Qu’avez-vous fait ?
Shalev Hulio : En attendant, nous avons vérifié nos serveurs. Nous avons vérifié avec les clients et nous n’avons pas trouvé de fuite. Mais parce que cela semblait étrange, j’ai demandé au gars de nous apporter des exemples de la liste divulguée. Nous les avons reçus -quelques numéros de téléphones- et avons commencé à les vérifier auprès de nos clients. Pas un seul n’était une cible pour Pegasus. J’ai réalisé que cela n’avait rien à voir avec nous et nous sommes passés à autre chose.

Quelques jours plus tard, j’ai été contacté par un autre homme d’affaires avec une histoire identique à propos d’une « liste de cibles » de NSO qui faisait le tour du marché, ainsi qu’une liste de questions du consortium de journalistes qui ont exposé les affaires cette semaine dans les médias internationaux. Il y avait des allégations folles. Au début, j’ai ri et je me suis dit que quelqu’un allait en payer le prix. Par la suite, un ami m’a dit qu’il ne comprenait pas pourquoi on a té ciblé. À cette étape, nous savions déjà que c’était une liste qui n’avait rien à voir avec nous.

Nous avons engagé un cabinet d’avocats et commencé à envoyer des lettres. Le fait est que la plupart des médias ont été convaincus. La rédactrice en chef du Washington Post a même écrit qu’elle ne savait pas d’où venait la liste ou qui y avait inscrit les numéros, et qu’il n’y avait aucune confirmation que les numéros étaient associés à Pegasus ou avaient même jamais été des cibles ou des cibles potentielles.

Lire aussi | Maroc. Les centres de vaccination ouverts tous les jours jusqu’à 20 heures

Israel Hayom : Qui se cache alors derrière cette histoire ?
Shalev Hulio : On dirait que quelqu’un a décidé de nous poursuivre. Toute cette histoire n’est pas qu’accessoire. Le secteur israélien de la cybertechnologie est attaqué, en général. Il y a tellement de sociétés de cyber-intelligence dans le monde, mais tout le monde se concentre uniquement sur les israéliens. Former un consortium comme celui-ci de journalistes du monde entier et y associer Amnesty International, il semble qu’il y ait une main directrice derrière cela.

Israel Hayom : La main de qui ?
Shalev Hulio : Je crois qu’à la fin, ce sera le Qatar, ou le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions), ou les deux. Au final, ce sont toujours les mêmes entités. Je ne veux pas paraître cynique, mais il y a des gens qui ne veulent pas que les glaces soient importées ici en Israël ou que la technologie soit exportée. Selon moi, ce n’est pas un hasard si la même semaine où les gens tentent d’empêcher l’introduction en bourse de Cellebrite, un article sur la cyber entreprise Candiru est publié et maintenant nous. Il ne se peut pas que tout cela soit une coïncidence.

Israel Hayom : Pourquoi ne constitueriez-vous pas votre propre équipe pour enquêter sur cette affaire ?
Shalev Hulio : Parce que nous avons déjà vérifié. Si de nouvelles informations sont dévoilées, nous allons revérifier à nouveau. Nous vérifions chaque numéro que nous obtenons. Jusqu’à présent, nous avons reçu environ 50 numéros de la liste. De tous les grands noms qui sont sortis jusqu’à présent, le président français Emmanuel Macron, le roi du Maroc, les journalistes et diplomates français et le premier ministre de la Belgique – aucun n’a jamais été une cible. Alors je dis et je souhaite qu’ils enquêtent. Quiconque le veut est le bienvenu.

Israel Hayom : Comment pouvez-vous être si sûr qu’ils ne trouveront rien ? Vous dites vous-même que vous ne savez pas qui vos clients suivent.
Shalev Hulio : Parce que je sais ce que nous faisons et avec qui nous le faisons.

Israel Hayom : Le gouvernement pourrait intervenir et dire que NSO Group fait plus de mal que de bien à Israël.
Shalev Hulio : Si le gouvernement dit qu’il ne veut plus de cybertechnologie en Israël, je saluerai l’initiative et fermerai boutique. Mais je ne pense pas que ce soit la situation.

Lire aussi | Maghreb-Afrique subsaharienne. Les hypothèses injustifiées de certains think tanks allemands [Par Lahcen Haddad]

Israel Hayom : C’est dans l’intérêt du gouvernement israélien que vous continuiez à opérer, certainement dans des pays avec lesquels nos relations sont sensibles, comme certains États arabes.
Shalev Hulio : Toute tentative de nous lier à l’État est fausse. Nous sommes une entreprise privée. Le gouvernement nous donne des permis de vente.

Israel Hayom : Pourquoi alors êtes-vous attaqués ?
Shalev Hulio : Parce qu’aucun missile n’a touché qui que ce soit, mais tout le monde a un iPhone. Tout le monde en a peur. Nous sommes arrivés au stade où les gens reçoivent un SMS avec un coupon pour une pizza et nous envoient un email disant que quelqu’un a essayé d’infecter leur téléphone avec Pegasus. La quantité de désinformation est insensée.

 
Article précédent

USA. Le secrétaire d'État adjoint par intérim aux Affaires du Proche-Orient en visite au Maroc

Article suivant

Chakib Benmoussa : « Mon pays n’a pas espionné le président Emmanuel Macron »