Agriculture

SIAM 2017, une méga vitrine pour 66 pays

La 12ème édition du Salon international de l’Agriculture au Maroc (SIAM 2017), qui s’est ouverte, mardi 18 avril 2017 à Sahrij Souani à Meknès, se veut un événement à rayonnement international qui donne un élan économique attirant 66 pays des différents coins du monde.


Il s’agit tout d’abord de l’Italie, invitée d’honneur de cette année, qui est le 3è pays agricole de l’Union Européenne et un leader mondial de l’agriculture durable et biologique. Ce pays, qui profite de sa position géographique proche de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), dispose d’un secteur agricole très développé et composé principalement des exploitations familiales, à la faveur d’une superficie agricole nationale estimée à 17,8 millions d’hectares.

Outre l’Italie, plusieurs pays du vieux continent prennent part à cet événement d’envergure, à savoir la Pologne, la Hongrie, le Danemark, la Serbie, le Royaume-Uni, le Portugal, la Lettonie, l’Autriche, la République de Tchèque, la France, la Roumanie, la Biélorussie, l’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, la Russie, la Suisse, la Grèce, la Turquie, Monaco, la Suède et l’Irlande.

Cette manifestation, qui soulève la problématique d’un agrobusiness responsable en faveur de la durabilité des chaînes de valeur agricole, est également marquée par une participation distinguée des pays africains (Sénégal, Algérie, Égypte, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée Conakry, Mali, Mauritanie, Madagascar, Niger, Nigéria, Ouganda, Togo et Namibie) qui souhaitent s’inspirer et de tirer profit de l’expérience agricole marocaine. La présence africaine reflète également l’intérêt particulier que ces pays portent pour l’initiative de l’Adaptation de l’Agriculture Africaine, dite « Triple A », qui vise à réduire la vulnérabilité de l’agriculture du continent face aux changements climatiques et à lier le financement climat à la sécurité alimentaire, à travers des projets prioritaires permettant de valoriser au mieux et de manière durable les ressources naturelles africaines. Elle comprend ainsi deux volets qui consistent à mettre l’adaptation de l’agriculture africaine au cœur des enjeux des Conférences des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP) et obtenir une répartition équitable des fonds climat entre adaptation et atténuation.

Sont présents aussi à ce SIAM, d’autres pays de l’Amérique (Brésil, Mexique, Chili, Pérou, Colombie, Argentine, Canada, Etats-Unis), de l’Asie (Jordanie, Chine, Sri lanka, Japon, Thailland, Inde, Vietnam, Palestine, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Pakistan, Hong Kong, Koweït, Indonésie) et de l’Océanie (Australie).

 
Article précédent

Les opérateurs marocains prospectent le secteur tunisien des TIC

Article suivant

Métiers de la mer : une rencontre annuelle dédiée à la femme marocaine et africaine