Infrastructures

Sorexi investit plus de 100 MDH dans la région d’Agadir

Quelques mois à peine après y avoir fait son entrée au capital, l’espagnol CEPSA imprime sa marque au leader marocain de l’asphalte, bitume et autres émulsions routières.


Sorexi, la filiale directe de Majdaline Holding dont le groupe pétrolier et gazier ibérique (CESPA) est actionnaire depuis peu, s’apprête à lancer les travaux de construction d’une nouvelle unité de fabrication d’émulsions de bitumes. Dotée d’une enveloppe d’investissement de plus de 100 millions de DH, la future usine qui sera basée à Inezgane viendra renforcer le dispositif industriel de l’ex-entreprise familiale dans la région d’Agadir.

Lire aussi | Coronavirus : la Chine approuve le premier vaccin de Sinopharm

Il faut dire que la demande de bitume et d’asphalte au Maroc a connu une forte poussée au cours de la dernière décennie. Cela devrait s’accélérer au cours des prochaines années, au regard des gigantesques programmes publics prévus… à commercer par le Schéma autoroutier 2030 qui vise la construction de 2000 kms additionnels (par rapport aux 1800 km du réseau actuel) et du Plan de Réduction des Disparités Territoriales et Sociales dans le monde rural, qui envisage de consacrer sur la période 2018-2025 plus de 44 milliards de DH pour la construction de quelques 22.787 kms de routes et pistes rurales, ainsi que la sauvegarde de 9600 kms de routes rurales actuelles.

Lire aussi | Jean-Marie Le Guen : « L’Union européenne doit faire évoluer sa position sur la question du Sahara »

Ce qui pousse des acteurs comme Sorexi et Bituma (filiale de Delta Holding) à accroître leurs capacités de production et de stockage, d’autant plus qu’il s’agit de produits difficilement importables dans l’état. Rappelons qu’après le feu vert du Conseil de la Concurrence en 2019, le groupe espagnol CEPSA a déboursé la coquette somme de plus de 500 millions de DH pour acquérir auprès de la famille Elbied un bloc de 40% des actions de Majdaline Holding qui détient, elle-même, 100% du capital de Sorexi et de Bitulife (fabricant des produits d’étanchéité élastomère). Une opération qui renforce la présence au Maroc de la filiale de l’émirati Mubadala (qui en a pris le contrôle en 2011), laquelle remonte au début de la dernière décennie du siècle précédent.

 
Article précédent

Coronavirus : la Chine approuve le premier vaccin de Sinopharm

Article suivant

Replay. L’émission « Ach Waqe3 » du lundi 31 décembre 2020