Dossier

50 femmes qui comptent : Nell Stewart, ambassadeure du Canada au Maroc

Pour nous, il ne s’agit pas de célébrer la journée de la femme, comme un cadeau annuel fait à la gent féminine. C’est plutôt l’occasion de faire le point sur un combat essentiel, celui de l’émancipation de la moitié de la population et l’évaluation de son apport aux transformations sociales, ce que l’on appelle communément développement et qui ne se résume pas aux quantifications économiques. Pour cela, nous avons choisi de mettre en avant un riche panel, à travers ces portraits représentatifs de cette génération de femmes qui s’assument. Un portrait à découvrir : Nell Stewart, ambassadeure du Canada au Maroc.


Seule étrangère de ce classement, Nell Stewart est ambassadeure du Canada au Royaume du Maroc depuis octobre 2019. Mais en peu temps, elle s’est déjà distinguée sur plusieurs fronts notamment politique, économique, social et plus particulièrement pour ce qui est de la promotion de la parité et de l’inclusion des femmes dans le développement socio-économique du pays. Il faut dire que pour Nell Stewart, cette thématique a été centrale pour son parcours professionnel quand elle a rejoint la mission permanente canadienne auprès de l’ONU en tant que chargée des dossiers des droits de la personne et de l’égalité des genres et ce, avant de remettre ses créances au gouvernement marocain. Avant cela, Nell Stewart avait démarré sa carrière dans une ONG des droits de l’Homme.

Lire aussi | Égalité des genres dans les banques centrales : le Maroc au 70ème rang mondial

Pour cette diplomate et fervente militante de l’égalité des genres, « le Maroc a réalisé de grands pas en matière d’égalité des genres en adoptant des réformes courageuses, et en s’inscrivant dans une dynamique positive quant à l’approche adoptée pour adresser la cause des femmes… Mais force est de constater que la pleine participation des femmes et l’égalité des chances pour l’accès au leadership souffrent encore de stéréotypes négatifs qui font que leur présence en nombre reste limitée. Comme d’ailleurs dans différents pays, l’accès des femmes aux postes de direction est plus limité que ce qui devrait l’être, étant donné le réservoir formidable de compétences et de talents disponibles ».

Lire aussi | AFEM : convention avec la CFCIM pour promouvoir la création d’entreprise

Les capacités sont là à tous les niveaux : politique, économique, académique, social et culturel… pour atteindre la parité. Je pense que les différents acteurs sont conscients de l’enjeu de l’égalité des genres pour en faire la promotion et l’encourager pour la réalisation d’une société plus juste, plus prospère et plus durable qui profite à tous. Je suis convaincue que le Maroc est sur la bonne voie pour atteindre à terme l’égalité pleine et entière et que les années à venir permettront d’asseoir encore plus cette approche pour un développement qui permettra à toutes et à tous de réaliser leur plein potentiel.

 
Article précédent

L’indice des paradis fiscaux 2021 : les multinationales à la loupe !

Article suivant

Entrepreneuriat : Banque Populaire s’implique davantage