Industrie

Aéronautique : l’américain Spirit AeroSystems prend le contrôle de l’usine casablancaise du groupe Bombardier

Après plusieurs mois de négociations, le groupe canadien Bombardier et l’entreprise américaine Spirit AeroSystems, ont fini par trouver un terrain d’entente. Ainsi, en vertu de l’accord signé, Spirit AeroSystems prendra le contrôle des usines de Bombardier à Casablanca, à Belfast, en Irlande du Nord, et à Dallas aux Etats-Unis.


Le groupe canadien Bombardier a annoncé, lundi, avoir conclu une entente amendée pour la cession de ses activités d’aérostructures à l’entreprise américaine Spirit AeroSystems, pour 275 millions de dollars au lieu des 500 millions initialement prévus. Notons qu’en vertu de l’accord qui prendra effet le 30 octobre, Spirit acquerra les usines de Bombardier à Belfast, en Irlande du Nord, à Casablanca, au Maroc et à Dallas aux États-Unis. On apprend que la valeur totale de la transaction s’élève à 1,2 milliard de dollars, englobant des passifs de 824 millions.

Lire aussi| Hamid Bentahar, président du CRT Marrakech-Safi : « Il est primordial d’accélérer l’ouverture des lignes aériennes »

Pour Éric Martel, Président et Chef de la direction à Bombardier, cet accord signé aujourd’hui marque une nouvelle étape vers la réalisation de l’objectif stratégique du groupe, qui est de repositionner Bombardier comme une entreprise axée sur les avions d’affaires. Au cours des dernières semaines, Spirit AeroSystems avait prévenu que cette entente serait automatiquement annulée si certaines conditions n’étaient pas remplies d’ici fin octobre, laissant planer une grande incertitude quant à la conclusion de cette transaction. Enfin, soulignons que l’opération devrait permettre à Bombardier de réduire sa dette estimée à 9,3 milliards de dollars en date du 30 juin.

Lire aussi| Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc

 
Article précédent

Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 26 octobre

Article suivant

Covid-19 : Sinopharm et AstraZeneca pourraient mettre leurs vaccins sur le marché d’ici décembre